Conflit entre l'Ukraine et la Russie

L'ONU au banc des accusés

5e8d44e8693aa25ac432a2c3900cc266

Tribune libre

J’ai lu avec beaucoup d’intérêt le billet de Marco Bélair-Cirino publié dans Le Devoir du 30 avril sous le titre L’Ukraine, nouveau «défi existentiel» pour l’ONU, un intérêt amplifié par le fait que les références et commentaires du journaliste rejoignaient parfaitement ma perception sur le rôle de l’ONU dans le conflit entre la Russie et l’Ukraine.

Tout en n’étant qu’un profane en politique internationale, je me rallie entièrement aux propos de l’avocate spécialisée en droit international Amal Clooney: «Ce conseil a entendu tellement de discours avec ce refrain désormais creux “plus jamais”... Mais nous voici maintenant face à des preuves de crimes de guerre, de crimes contre l’humanité et des preuves qui s’accumulent jour après jour de crimes de génocide» tout en décrivant l’Ukraine comme «un abattoir, en plein cœur de l’Europe».

Le procureur de la cour pénale internationale (CPI) Karim Khan, qui a ouvert une enquête pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité le 28 février contre Poutine, promet de «montrer que le droit international peut être efficace, agile et significatif», tout en lançant des formules-chocs telles: «Si la loi n’est pas au-dessus de nous, il n’y a rien en dessous de nous sauf l’abîme.»

L’Assemblée générale a adopté une résolution déplorant «l’agression» commise par la Russie contre l’Ukraine (141 voix pour, 5 contre et 35 abstentions) le 2 mars, puis une autre exigeant un arrêt «immédiat» des hostilités par la Russie contre l’Ukraine (140 voix pour, 5 contre et 38 abstentions) le 24 mars. Or, ni les résolutions de l’Assemblée générale, ni les discours, n’ont refroidi les ardeurs belliqueuses des diplomates russes qui ont repoussé à coups de veto les projets de résolution du Conseil de sécurité visant à faire cesser les hostilités en Ukraine.

Enfin, le secrétaire général, António Guterres, est aujourd’hui la cible de la plupart des tirs, y compris amis. En effet, quelque 200 anciens cadres de l’organisation le pressent de sortir de sa torpeur et de ne lésiner sur aucun effort pour rétablir la paix en Ukraine. Selon eux, la guerre russo-ukrainienne fait courir un «défi existentiel» à l’ONU. «C’est la raison d’être de l’ONU qui est à nouveau mise à l’épreuve dans cette affaire. Nous sommes horrifiés par l’alternative, l’ONU devenant de moins en moins pertinente et, finalement, succombant au sort de sa prédécesseure, la Société des Nations, avec les pertes humaines et la destruction matérielle qui l’accompagnent», ont-ils écrit dans une lettre ouverte.

L’ONU se trouve au banc des accusés. La raison d’être même de son existence est indéniablement remise en question par plusieurs intervenants encore présents dans l’Organisation ou y ayant déjà siégé. Le leadership du secrétaire général, António Guterres est sérieusement remis en question. Pour rétablir un peu sa crédibilité, M. Guterres devrait, selon moi, expulser la Russie du Conseil de sécurité avec droit de veto...C’est une simple question de gros bon sens!


Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1784 articles

  • 1 211 034

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Alexandre Cormier-Denis Répondre

    2 mai 2022

    Si le motif d'une exclusion de la Russie est l'invasion de l'Ukraine, cela justifierait aussi l'exclusion des USA lors de l'invasion illégale de l'Irak en 2003.


    Tant qu'il n'y aura pas la souveraineté d'un État mondial, l'ONU ne sera qu'une assemblée consultative sans grand impact sur la géopolitique mondiale. L'Organisation est là pour enregistrer les positions des pays-membres, mais guère plus.