Plus de passe-droit

Urgent: un test de francisation obligatoire pour tous les Anglos-Montréalais

Ceux qui échouent devront quitter

E33ad18e1adb34c33c8ea7ee1b75fc74

Tribune libre

Il faut envisager d'imposer un test de francisation obligatoire à administrer à tous les Anglos-Montréalais afin de départager ceux qui méritent de vivre ici et ceux qui doivent quitter illico pour le reste du Canada.



Trop d'Anglos-Montréalais se sont arrangés pour éviter d'avoir à apprendre le français et d'éviter tout contact avec la population native, à commencer par un certain PDG d'Air Canada...



Cette situation de passe-droit est inacceptable et doit cesser. Du moment qu'il est inconcevable qu'un allophone arrive à vivre au Québec sans parler la seule langue officielle, il doit en être de même pour les anglophones. Plus de droits acquis, plus de traitement de faveur qui ne tiennent. Plus de : « vous ne pouvez vous en prendre à nous, les rois et maîtres du pays qui vous avons conquis, c'est nous qui faisons les règles ».



On impose dorénavant aux étudiants anglophones la réussite de certains cours en français. C'est bien le minimum. Et ce n'est pas trop tôt. Il faut généraliser ces exigences à la totalité des Anglos.



Le français doit cesser de reculer à cause de l'augmentation ou de la simple présence des anglophones et des allophones non francisables qui s'arrangent pour vivre juste dans leur langue étrangère.



Tous les unilingues anglais doivent sentir la pression constante de se franciser, ils doivent se sentir visés, ils doivent se sentir fautifs de ne pas le faire. Il faut les culpabiliser ouvertement, les pointer du doigt, leur faire sentir qu'ils sont dans leur tort.



Tous les unilingues anglais doivent devenir conscients qu'ils ont des comptes à rendre, et qu'on ne lâchera pas le morceau.



Tous les unilingues anglais doivent sentir de plus en plus que la place de ces unilingues anglais n'est pas au Québec. Que ce qui fait ressembler le Québec au Canada doit disparaître.



C'est à la population de leur faire passer le message dans l'espace public.



L'anglais doit reculer à Montréal. Ceux qui le maintiennent à son niveau ou le font augmenter n'ont pas d'affaire ici. Bye, bye la visite.



La vie au Québec exclusivement en français doit devenir la norme établie pour tout le monde.



Note: Cliquez sur les termes surlignés en bleu pour approfondir votre réflexion sur le sujet


Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie724 articles

  • 1 260 571

Réjean Labrie est natif de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Il tire la plus grande fierté d’être un enraciné de la 11ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le peuple.

L'icône d'identification montre les fortifications de Québec qui symbolisent notre caractère irréductible et notre résilience face à l'adversité.

Plus de 715 articles publiés en ligne ont été lus un million et un quart de fois par tous ceux qui ont voulu partager une réflexion s'étendant sur une période de plus de 13 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Réjean Labrie Répondre

    10 décembre 2022

    En plus d'un test de francisation obligatoire pour tous les Anglos-Montréalais actuels, il conviendrait que les anglos-Canadiens qui viennent s'établir à Montréal parce que le coût de la vie y est moindre, une fâcheuse tendance, soient tenus de passer le même test de francisation. S'ils échouent, ils ne seront pas acceptés.


    L'examen de francisation doit faire partir intégrante de la loi pour habiter au Québec.