Entrevue avec Didier Raoult

Stéphane Bureau au banc des accusés

A1e75d73e91f5b3e5a3983c7428b7b01

Tribune libre

 




La saga entre l’animateur Stéphane Bureau et l’ombudsman de Radio-Canada Pierre Champoux eu égard à une entrevue accordée à l’infectiologue français Didier Raoult sur les ondes d’ICI Première donne lieu à une kyrielle de commentaires négatifs, notamment sur le fait que Didier Raoult n’aurait jamais dû être invité à cette émission, considérant sa position « à contre-courant du consensus scientifique » tel que le fait remarquer une journaliste scientifique au magazine Québec Science, Marine Corniou qui, de surcroît, jugeait les questions de l’animateur « complaisantes », donnant « une tribune exceptionnelle » à l’invité pour continuer de « propager des faussetés »

En ce qui a trait à l’ombudsman, il accuse Stéphane bureau d’avoir évité de confronter M. Raoult avec plus de vigueur, et, par le fait même, d’avoir abdiqué à sa responsabilité en ne rétablissant pas les faits évoqués par Didier Raoult. Pierre Champoux invoque plusieurs manquements, notamment le devoir de respecter l’exactitude des faits, servir l’intérêt public, être honnête auprès des auditoires, ainsi que de mesurer la portée et la validité des résultats de recherche présentés.

C’était la première fois que le Dr Raoult participait à une entrevue au Québec et il ne s’est pas privé pour étaler ses théories pour le moins contestées, notamment que les grandes études occidentales sur l’hydroxychloroquine sont biaisées, sans avancer de preuves, que le rapport. risque-bénéfice de la vaccination en deçà de 70 ans est douteux et que l’infection naturelle protège mieux que les vaccins, ce qui n’est pas démontré scientifiquement… et toute cette litanie sans être repris ni questionné par Stéphane- Bureau.

Enfin, aux yeux de l’ombudsman, le problème relié à Stéphane Bureau « ne réside pas tant dans les questions qu’il pose, mais dans celles qu’il ne pose pas pour recadrer ou corriger certaines affirmations de son invité »…Stéphane Bureau est un animateur chevronné et adulé du public. Je terminerai sur cette question : l’intention de M. Bureau n’était-elle pas de poser des questions sur les théories de Didier Raoult et de laisser le public se faire une idée sur lesdites théories?


Henri Marineau, Québec

 


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1652 articles

  • 1 152 321

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



3 commentaires

  • Marc Huber Répondre

    10 août 2021

    C'est le temps de vacance!


    J’ai faits des démarches auprès de l’auteur de la plainte, pour obtenir sa lettre. J’ai reçu un avis automatique qu’elle était en vacance. J’ai dont réitéré ma demande à  l’ombudsman pour avoir cette lettre. Refus!!! J’ai laissé un message téléphonique pour contester ce refus. On m’a rappelé. J’ai discuté de morale et d’éthique concernant l’Affaire Bureau, de mon refus de la décision de ne pas me fournir la lettre de la plaignante, alors que la SRC est une institution publique qui exige de la transparence, tout en questionnant cette incapacité de télécharger l’émission, pour rendre son écoute plus agréable, comme le font d’autres plateformes (42 minutes devant un écran, non merci). On m’a conseillé de communiquer avec monsieur Champoux, aussi en vacance jusqu’au 26 août.   


    Devant mon incapacité d'avoir la lettre de la plaignante, j’ai envoyé quelques courriels à des medias, dont Qub, en les invitant à partager mes informations... Rien.


    Le Québec est en vacance. Vous savez, ces deux semaines de congés qui suivent les 50 semaines de somnolence. C'est devenu délirant, au point que les plus beaux souvenirs de luttes engagées me viennent de Kaamlott, le film d'Alexandre Astier.   


    L’Affaire Bureau a été exposé sur toutes ses coutures, selon le nombril de un ou de l’autres, sauf un détail  qui devient le «dénominateur commun». Personne n’a mentionné que la plaignante, la journaliste scientifique Marine Corniou est liée au Forum économique mondial, la plus grosse patente mondialiste qui est en mèche avec de nombreuses entités qui ont attaqué l’hydrochloquine de Raoult, dont le Lancet, le journal scientifique saxon qui a publié sa supercherie du 20 mai 2020 pour attaquer l’Hydrochloroquine et le firme Mc Kinsey qui a planifié les mesures sanitaire de Québec.  Ces groupes de non élus qui opèrent certainement derrière le passeport sanitaire.


    Pour en savoir plus, ou disons se faire une idée de ce qui se passe, prenez 1 heure et 20 secondes pour regarder (télécharger) cette vidéo dans laquelle la journaliste Whitney Webbs partage des informations très inquiétantes, dont celles sur le Forum économique mondiale qui, il faut la dire, semble derrière l’Affaire Bureau.


     


    https://rumble.com/vko700-whitney-webbs-descend-google-epstein-gates-et-toute-la-silicon-valley.html


  • Henri Marineau Répondre

    2 août 2021


    Opinion de Sophie Durocher...


    https://www.journaldequebec.com/2021/08/02/bravo-stephan-bureau