Le nationalisme du quotidien

L'ethnocentrisme, une vertu à cultiver

Le Nous majuscule passe avant les autres

Ce440199ca1ecafe133e2b6173453d79

Tribune libre

L'ethnocentrisme, c'est s'intéresser prioritairement à se qui se passe au cœur de sa propre nation, à ce que les gens d'ici font et comment ils vivent, à ceux qui nous entourent, à tout ce qui fait qu'on est heureux d'être né et de vivre ici, et pas ailleurs. Par amour de son peuple, de cette terre bénie qui nous a vu naître et grandir.


Les Sanschagrins-D'amours et autres noms de famille composés tendent à  disparaître au Québec – RCI | Français


L'ethnocentrisme est par conséquent une vertu cardinale à cultiver, à développer, à entretenir, à valoriser, comme les valeurs familiales.


Les parents au cœur d'un Québec famille


On pourrait ainsi parler du Nous majuscule, cela devant être le principal centre d'intérêt et de curiosité qui doit nous animer et venir nous chercher.


Voici tout ce qu'il y a à savoir sur «La famille est dans le pré» | 7 Jours


Le reste est accessoire, souvent superflu. Il ne sert à rien d'apprendre qu'un autobus surchargé est tombé dans un ravin en Inde, c'est leur lot quotidien. Il ne sert à rien d'apprendre que 8 mineurs sont pris dans une mine en Thaïlande, surtout lorsqu’on sait qu'il meurt 150 000 personnes sur terre chaque jour. 8 mineurs sur 8 milliards d'humains, c'est un grain de sel. Il faut savoir relativiser pour écarter l'accessoire et l'anecdotique. Il y a bien des choses qui ne nous concernent tout simplement pas.


En mal d'allocations, il déménage toute sa famille en Australie |  Atlantico.fr


Il ne sert à rien qu'on nous informe sur trop d'affaires internes des États-Unis, qu'on va changer le porte-parole de la chambre des représentants ou qu'on a évité de justesse la fermeture du pays, ou si le président Biden s'est affalé une fois de plus, le pauvre vieillard en perte de ses moyens.


Il n’y a pas une journée où l’on s’ennuie, chez les Lacroix. Avec une famille de 12 enfants, organisation, routine, ainsi que le dynamisme sont au rendez-vous.


Toutes ces choses sont trop loin de nous et ne devraient pas accaparer indûment nos ondes. Il y a des limites à l'idée de devoir s'occuper ou se préoccuper de toute la planète, ou de savoir à chaque instant ce qui se passe à chaque endroit. L'ère de l'instantanéité ne comporte pas que des avantages, loin de là.


Les Pelletier, une famille nombreuse et heureuse


La pratique de l'ethnocentrisme, en revanche, nous révèle à nous-même, nous rapproche des nôtres. C'est une espèce de nationalisme du quotidien, la meilleure façon de mieux se comprendre, de se refléter entre nous. Les autres Québécois authentiques nous servent d'image-miroir, ils représentent la voie vers une meilleure compréhension de ce que nous sommes et de ce à quoi nous aspirons dans notre processus d'évolution sociale.



Il est bon et salutaire de pratiquer une forme de fermeture à l'autre trop différent, de procéder à l'exclusion de l'incompatible qui nous éloigne de ce que nous sommes et tenons à demeurer. Ceux-là sont de mauvaises influences qu'on peut qualifier de décivilisatrices lorsqu'il s'agit de gens venus de pays sous-développés socialement, au niveau de la mentalité, et sujets à la religiosité agressante, enclins à la violence et la corruption. Ce n'est certes pas de cette façon qu'on pourra améliorer notre société, ou renforcer son identité collective séculaire dans le sens que nous voulons lui donner.



Accorder trop de place à l'autre en mode envahissant, à l'extérieur d'un certain périmètre, c'est s'empêcher d'approfondir ce que nous sommes au fond de nous-mêmes. Connais-toi toi-même, ce conseil vaut autant au niveau individuel que collectif. Il faut focaliser sur notre réalité, notre façon d'être au monde, comment on s'y prend pour solutionner les problèmes à notre façon, de manière adaptée à nos préférences, à nos choix de vie.


Nombreux et heureux


Notre culture est la meilleure qui soit pour nous nourrir intellectuellement et émotionnellement; elle doit nous servir de prisme pour mieux comprendre le quotidien, la famille, les proches, les amis, pour nous garder tous tissés serrés comme il se doit. Trop d'exposition aux cultures et mentalités étrangères, et on perd ses repères, on s'éloigne du centre du Soi, on s'altérise, on s'amoindrit.


Nombreux et heureux : découvrez comment les grosses familles se  débrouillent en confinement | TPL Moms


À l'époque révolue du flower power et du peace and love, toute une jeunesse déboussolée s'agenouillait devant des tas de gourous hindous lévitants qui ont empoché des millions en exploitant la naïveté et la crédulité propres à la jeunesse idéaliste. Cela peut faire sourire avec le recul, mais c'était moins drôle alors. Gare à l'influence de l'étranger qui finira par nous faire perdre notre âme.


Voici tout ce qu'il y a à savoir sur «La famille est dans le pré» | 7 Jours


Au Québec, on vit à la québécoise, on pense à la québécoise, et c'est très bien comme ça. Il faut que ça continue.


Après L'AMOUR EST DANS LE PRÉ, retrouvez vos couples préférés cet automne  dans LA FAMILLE EST DANS LE PRÉ à Canal Vie! - Bell Media


Notre Nous s'écrit avec une belle lettre majuscule.


Nous


Clément Tremblay, le septième de 19 enfants


Note: cliquez sur les termes surlignés en bleu pour approfondir davantage votre réflexion sur le sujet


Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie808 articles

  • 1 397 329

Réjean Labrie est natif de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Il tire la plus grande fierté d’être un enraciné de la 11ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance vertueuse, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le bon peuple.

Plus de 805 articles publiés en ligne ont été lus un million 395 000 fois par tous ceux qui ont voulu partager une réflexion s'étendant sur une période de plus de 14 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



2 commentaires

  • Réjean Labrie Répondre

    21 novembre 2023

    L'ethnocentrisme consiste à se concentrer sur ce qui nous concerne et nous éclaire sur ce que nous sommes par rapport aux autres. Il faut limiter ce qui vient d'ailleurs.


    Un exemple de ce qu'il faut éviter: on vient de montrer aux nouvelles le président américain Joe Biden qui a gracié deux dindes lundi, lors d’une cérémonie sur la pelouse de la Maison-Blanche, à l’occasion de la fête américaine de Thanksgiving


    Cette tradition typiquement américaine n'a pas à être rappelée et soulignée année après année comme si on était des Américains. C'est une de leur tradition, pas la nôtre. Cela nous américanise qu'on nous bombarde du moindre petit événement qui se produit aux États-Unis, que ce soit l'une des 500 tueries de masse annuelles, ou le jour de la marmotte.


    Que les médias illustrent nos coutumes, pas celles des pays étrangers.


  • Réjean Labrie Répondre

    21 novembre 2023

    Un exemple récent d'ethnocentrisme positif: suite au décès du chanteur Karl Tremblay des Cowboys fringants, tous les Québécois ont été touchés et se sont sentis concernés et affectés par sa mort prématurée.


    L'événement nous a unifié. Cette perte a fait résonner en nous quelque chose de profondément québécois. C'était l'un des nôtres.


    Cela nous a rappelé ce que c'est que d'être québécois.


    Tout ce qui nous rapproche collectivement est une bonne chose.


    Karl Tremblay sera honoré en marge de la finale de la Coupe Grey | JDM