Dans la série Découvrir le Québec autrement

Atteindre de nouveaux sommets: gravir les montagnes du Québec

Passer d'un sommet à l'autre: nos montagnes

620566b2da83a1d98282767b43882346

Tribune libre

Dans la série Découvrir le Québec autrement, qui propose, par l'entremise d'excursions thématiques qui peuvent s'étaler tout le long d'une année, de visiter toutes les régions du Québec, nous avons le plaisir de vous présenter aujourd'hui les montagnes du Québec.



 


Le territoire québécois regorge de monts et montagnes à admirer et gravir dans pratiquement toutes ses régions.



On peut se fixer pour objectif de se rendre à l'un d'eux chaque fin de semaine sur une période d'une année, puisque la plupart demeurent accessibles en toutes saisons.



La plupart de ces montagnes peuvent être gravies à pied grâce à un réseau de sentiers aménagés de difficulté variable, ou dans le confort douillet d'un monte-pente. Les plus audacieux d'entre nous en descendront certaines à vélo de montagne.



 


Une fois arrivés tout en haut, nos efforts se voient récompensés par l'apparition d'un paysage grandiose qui est toujours à couper le souffle. On se dit: "comme mon Québec est immense et beau. Comme nous sommes chanceux d'y vivre heureux entre nous".


 


En voici quelques-unes parmi tant d'autres.



Le mont Saint-Hilaire


 



Le rougeoyant Ayer's Rock,en Australie


 


Le Mont Saint-Hilaire, qui est un peu notre Ayer's Rock à nous, qu'on finit par apercevoir le long du trajet classique Québec/Montréal, n'est pas sans rappeler l'éléphant avalé par un boa dont parlait Le Petit Prince. Plusieurs sentiers permettent de se rendre jusqu'au plateau.




Mon préféré demeure le Mont Pinacle à Coaticook en Estrie, qui propose la vue panoramique la plus vaste et étendue qui soit, à ras le bord d'un précipice plongeant vertigineux. À couper le souffle!



 


Qui n'a pas été émerveillé par le majestueux Mont Orford près de Magog, qui semble veiller avec bienveillance sur tous les habitants à ses pieds.



L'hiver venu, plusieurs de ces monts servent de pente de ski et planche à neige aux sportifs de tous âges.



Je pense au Mont Saint-Anne avec sa station de ski sur la côte de Beaupré que j'ai gravi justement par la piste de ski principale. Je déconseille la chose en plein été par un 28 degrés au soleil plombant, j'ai payé pour apprendre... Mais la vue splendide sur le fleuve Saint-Laurent en contrebas et la pointe est de l'Île d'Orléans, du haut de la tour d'observation érigée à son sommet, en valait décidément le coup!



Le groupe de musique québécois Bleu Jean Bleu bien connu nous a présenté son superbe spectacle télévisé Bleu Jean Bleu en téléski, directement du chalet en haut du mont Bromont.



Pour leur part les Montréalais ont la chance de posséder leur propre montagne à domicile, dans la cour arrière comme une piscine hors-terre. Il est possible de partir à pied du centre-ville en commençant vers la gauche par la Côte-des-neiges et de faire le tour du Mont-Royal pour en redescendre du côté droit via l'avenue Mont-Royal. On pourra se permettre une halte facultative à l'oratoire Saint-Joseph pour entreprendre d'en monter toutes les marches, mais pas obligatoirement à genoux, la chose étant laissée à la discrétion de chacun.





 


En Gaspésie, à partir de Sainte-Anne-des-Monts, il y a la boucle Chic-Chocs parc Forillon qui vous réserve des surprises de taille!



Le mont Mégantic quant à lui possède un attrait céleste inusité: un observatoire accessible au public à certains temps de l'année comme lors du festival de l'astronomie en août. J'ai eu l'insigne honneur d'y observer jadis les anneaux de Saturne avec une netteté inégalable sur le télescope géant aligné par nul autre que Hubert Reeves en personne qui venait de prononcer une conférence émerveillante.




 


Les montagnes québécoises symbolisent la solidité, l'immuabilité comparable à notre peuple; elles sont les témoins de notre continuation à travers le temps, de notre désir de durer. Les montagnes nous accompagnent et ne nous laissent jamais tomber.



 


Le voyageur qui aime les hauteurs peut se fixer comme objectif de visiter tous ces monts dans le cours d'une année. C'est un prétexte thématique qui donne l'occasion de visiter le pays de nos ancêtres sous un angle nouveau. Et atteindre de nouveaux sommets d'appréciation du Québec!



 


À chacun de mettre en pratique le vieil adage: si la montagne ne vient pas à toi, va à la montagne!



Les Québécois fiers de l'être doivent continuer de viser les plus hauts sommets dans tous les domaines, dont l'un d'eux est de réaliser l'indépendance de notre nation unique en son genre!



La série d'articles Découvrir le Québec autrement comprend déjà:


Découvrir le Québec par ses chutes d'eau et ses cascades


Découvrir le Québec par ses nombreuses îles


S'approprier le territoire par les circuits routiers


Les phares du québec, un trésor patrimonial précieux à préserver


Visitez tous les zoos du Québec


Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie613 articles

  • 1 137 440

Réjean Labrie est originaire de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Il tire la plus grande fierté d’être un enraciné de la 11ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le peuple.

L'icône d'identification montre les fortifications de Québec qui symbolisent notre caractère irréductible et notre résilience face à l'adversité.

Ses 600 articles publiés en ligne ont été lus plus d'un million de fois par tous ceux qui ont voulu partager une réflexion s'étendant sur une période de plus de 12 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé