Mary Simon s'offre un festin de reine à bord d'un avion

Scan-da-leux!

Bonne fête à tous les pères du Québec!

Tribune libre


Décidément, la «digne» représentante de la Reine au Canada semble avoir des goûts raffinés pour les repas pris à bord de l’avion, une facture pour le moins salée de près de 100 000$ pour des services de traiteur à bord d'un avion qui la transportait dans le cadre d'un séjour effectué à Dubaï en faisant foi. Les dépenses atteignant 93 117 figurent dans un document déposé au Parlement en réponse à la question au feuilleton d'un député conservateur.

De son côté, le Bureau du secrétaire du gouverneur général (BSGG) a répondu par courriel à La Presse Canadienne que les dépenses en question ne relevaient pas d'une décision de Mme Simon. Le BSGG ajoute que la gouverneure générale partage l’inquiétude du public à l’égard des dépenses et qu’elle attend des éclaircissements de la part des ministères responsables, soit les ministères de la Défense nationale et des Affaires étrangères.

À ce sujet, je suis plutôt d’avis que Mme Simon devait tout au moins se douter que les festins servis à bord de l’avion amèneraient des factures salées et que les dites factures devraient apparaître dans son compte de dépenses personnelles. Alors, pour ce qui est de la «vierge offensée», on repassera…

Toutefois, à mon avis, là où le bât blesse avec le plus d’acuité,c’est que ces dépenses faramineuses ont été faites dans un climat social où une grande majorité de Canadiens doivent se serrer la ceinture pour joindre les deux bouts pendant que la gouverneure générale vient puiser ses plaisirs gastronomiques dans la poche de ces contribuables...Tout simplement scandaleux!


Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1824 articles

  • 1 237 049

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Henri Marineau Répondre

    19 juin 2022

    LE PÊCHEUR


    Partant très tôt le matin


    Sa canne à pêche à la main


    Il arpente le long sentier


    Le menant à son gibier


    Tout près d’un arbre géant


    Il appâte son guet-apens


    Et d’un gracieux mouvement


    Dépose sa ligne dans l’étang


    Entouré de maringouins


    Fouinant ses moindres recoins


    Il s’allume une cigarette


    Faisant fuir tous ces insectes


    Soudain la corde se raidit


    Et son poignet réagit


    D’un coup sec il sort sa proie


    Qui sans succès se débat


    Il l’empoigne dans ses mains


    La ramène sur sa poitrine


    Désamorce sa gueule fine


    Et l’ensache avec grand soin


    Bien planté sur une roche


    Une main dans sa poche


    Passe le temps lentement


    Tournoie la ligne rondement


    Puis au bout de quelques heures


    Empli de son élixir


    Il reprend son p’tit bonheur


    Sur ses lèvres un sourire


    Poème dédié à mon père à l'occasion de la Fête des pères