«Sans l’Église on ne parlerait pas français au Québec»

Tribune libre

Sacré Turcotte
Benoit Lefebvre, avec prétention
MÉTRO
09 décembre 2009
http://www.journalmetro.com/paroles/article/391896--sacre-turcotte
« Sans l’Église on ne parlerait pas français au Québec. J’ai plié en deux tellement j’ai ri! »
Je trouve monsieur Turcotte prétentieux de se donner autant ce mérite!
Vous avez raison monsieur Lefebvre de dire que l’église « l’a imposé »! Le but était de contrôler nos âmes et par le fait même et surtout, de servir d’instrument pour le génocide culturel des les nouveaux conquérants ( voir Rapport Durham).
Vous trouverez ci-dessous quelques exemples du rôle de cette église dans le façonnement de ce beau Canada!
N’eut été du rôle du rôle de l’église de monsieur Turcotte, nous aurions notre pays depuis bonne lurette et la pérennité de notre langue et culture serait assurée. Par le fait, même on aurait plus à en parler, mais on pourrait la vivre normalement comme toutes les autres nations dument constituées en pays!
Laurent Desbois
ex-franco-Ontarien,
fier Québécois depuis trente ans
et canadian… par la force des choses et temporairement …. sur papiers seulement!
--------------
Pontiac Québécois et le role de l’Église
http://www.imperatif-francais.org/bienvenu/articles/2007/les-sacrifies-de-la-bonne-entente.html
LES SACRIFIÉS DE LA BONNE ENTENTE

Règlement 17 en Ontario et les évêques Irlandais

http://www.thecanadianencyclopedia.com/index.cfm?PgNm=TCE&Params=f1SEC855425
http://www.thecanadianencyclopedia.com/index.cfm?PgNm=TCE&Params=F1ARTF0005945
Ils se heurtent à l'opposition de l'ORDRE D'ORANGE qui réclame l'enseignement « en anglais seulement », et à celle des catholiques irlandais dirigés par l'évêque FALLON de London.
Michael Francis Fallon, évêque catholique
http://www.thecanadianencyclopedia.com/index.cfm?PgNm=TCE&Params=F1ARTF0002714
Il est le chef des Irlandais catholiques de l'Ontario qui s'efforcent de remettre les Franco-Ontariens « à leur place », c'est-à-dire d'empêcher l'autorisation de l'éducation bilingue.

Trahison des Métis par les prêtres
Le 12 mai 1885 après que des prêtres catholiques eurent trahi les Métis. Le corps expéditionnaire canadien, formé de plus de 900 hommes, donne l’assaut au petit village de Batoche défendu par 300 malheureux Métis, dont un bon nombre de vieillards armés de vieux mousquets.
Église des Acadiens sous le contrôle des évêques irlandais
Monseigneur Edward LeBlanc, premier évêque acadien, nommé à Saint John, NB en 1912, suite au combat mené entre 1880 à 1912 par la Société Nationale l’Assomption.
Moncton devient un diocèse francophone en 1936!!!!

Featured 2985a9f8ba1f3c6f4f8cd1587cd591cb

Laurent Desbois92 articles

  • 71 064

Ex-franco-hors Québec, d’origines métis et acadienne, fier Québécois depuis plus de quarante ans, et canadian… par la force des choses et temporairement …. sur papiers seulement!





Laissez un commentaire



3 commentaires

  • Laurent Desbois Répondre

    11 décembre 2009

    Désolé, l'article auquel vous tentez d'accéder n'est plus disponible.
    Sacré Turcotte
    http://journalmetro.com/paroles/article/391896--sacre-turcotte
    Benoit Lefebvre, avec prétention
    MÉTRO
    09 décembre 2009 07:00
    Wow! Quel beau moment j’ai passé dimanche. Rire comme ça, c’est rare que ça m’arrive. Merci à Tout le monde en parle et à Turcotte. Pas Dany, l’autre, l’invité. Le cardinal Turcotte. Une machine à gags! Invité avec Edgard Fruitier pour présenter Les grands classiques d’Edgar : La musique sacrée, on a été plus témoin de son sens de l’humour, que de ses goûts musicaux.
    Au sujet de la femme dans l’Église : «C’est vrai que l’Église a du chemin à faire. La femme doit trouver sa place à elle.» Dire ça devant deux femmes invitées pour commémorer les 20 ans de la tuerie de la Polytechnique, et parler de l’égalité de la femme face à l’homme…wow! Yvon Deschamps et Jean-François Mercier passent pour des pissous à côté de ce culot.
    Merci à la réplique de Nathalie Provost, survivante de la Polytechnique : «heee la place de la femme ne pourrait pas être la même que la vôtre?» Turcotte reçoit la gauche. Les genoux lâchent. Il s’accroche aux câbles! Et réussit à s’en tirer en déviant le sujet et parlant de Mère Teresa. Classique.
    Plus tard, il constate qu’il ne fait pas l’unanimité. Il tente alors d’avoir la sympathie et le respect du public en évoquant le fait que sans l’Église on ne parlerait pas français au Québec. J’ai plié en deux tellement j’ai ri! C’est un fait mathématique. Sans l’Église, on ne parle pas français au Québec. Mais pas parce qu’elle a voulu le sauver, mais parce qu’elle l’a imposé! Tout comme elle imposait le reste à l’époque. Allez demander aux Amérindiens s’ils sont contents de parler français.
    Se vanter que, grâce à l’Église le français a été sauvé au Québec, c’est la même bassesse que si on se vantait que grâce à l’holocauste, la médecine a avancé et sauvé des vies. Pour avoir un passé sans l’holocauste, j’accepterais d’avoir mal à la tête un tit peu plus longtemps. Pour avoir un passé sans l’Église, éviter les crimes, les sacrifices physiques et moraux qu’elle a fait subir, j’accepterais de parler le klingon!
    Son punch out, alors que Guy A. lui suggère que la société a avancé plus que l’Église : «Faudrait commencer par venir à l’Église pour voir qu’elle a avancé!» Bon gag. Il a même eu une clap du public! Mais le peu d’amélioration dans l’Église vient directement du fait que la SOCIÉTÉ a avancé. Donc, ça s’annule. Sacré Turcotte, tout un comique.

  • Archives de Vigile Répondre

    11 décembre 2009

    Bonjour M.Desbois,
    Excellent article! J'aurais 2 questions à poser à Mgr Turcotte: "Pourquoi n'êtes-vous pas intervenu en 1995 suite au référendum volé? Et dans le contexte corrompu actuel dans lequel les fonds publics servent à engraisser les "squatters" à cravate avec en plus la langue française qui fout le camp à chaque jour, pourquoi n'intervenez-vous pas?"
    Vous avez toujours été du côté des plus puissants depuis "ad vitam aeternam"
    André Gignac le 11-12-09
    "

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre Répondre

    10 décembre 2009

    Dommage que l'article d'origine, sur le journal Métro, ne soit plus disponible. Peut-être était-il question de ce qui suit:
    J'ai cru que Turcotte (pas le fou officiel du roi) faisait allusion aux règles catholiques de repeuplement à outrance. Ce serait prétendre après coup avoir eu raison d'utiliser nos grands-mères comme poulinières afin de battre les Anglais par le nombre. C'était pourtant un grand aveuglement devant le plan Durham de nous noyer par tous les moyens, tricherie en premier. Si la robe noire n'a pas encore réalisé l'erreur de ses pairs, le crucifix avant l'efficacité, il pense encore que notre système d'éducation a pris tout le retard qu'ils nous ont imposé par l'isolement dans le bois, sans contact européen, dès après la sauvage conquête assimilatrice. D'ailleurs, ces robes noires répondaient déjà aux Anglais pour la bonne entente.