Revoilà dans l'actualité le volcan EYJAFJALLAJOKULL

Chronique de Marie-Hélène Morot-Sir

Plus aucun média, ne nous reparlait de ce volcan au nom Islandais Eyjafjallajökull difficilement prononçable, car effectivement si l’activité n'avait pas réellement baissé et restait forte, les vents amenaient moins de cendres au-dessus de l'Europe.. Cependant avec le retour du vent en Islande le trafic aérien semble à nouveau perturbé aujourd’hui, et sans doute également dans le courant de la semaine prochaine d'aprés les avis des météorologues.
Ceci ne dépend pas du Eyjafjallajökull qui continue son activité mais du vent qui déportera de nouveau le nuage de cendres au dessus de l’Europe ou non.Actuellement le nuage qui est sur l'Atlantique Nord à l'ouest des îles britanniques semble se diriger vers le Portugal avec une légère remontée vers la France...
Les cendres s'étendent à l'infini formant une couche épaisse. Cela fait un mois déjà et les experts ne peuvent dire à quel moment ce volcan va enfin s'assoupir. La capitale islandaise Reykjavick voit un brouillard épais flotter sans cesse autour d'elle et sur le flanc nord du volcan, le glacier fond à mesure que la lave s'écoule, impressionnant spectacle car c'est un paysage où toute vie semble avoir disparue...
Les soucis demeurent, une caméra qui filme le volcan ne marche plus depuis plusieurs jours et les deux autres affichent un épais nuage de cendres. La catastrophe, induite par le volcan islandais, a amené les gens à faire des bilans financiers sur la perte d'exploitation des avions cloués au sol précédemment, mais le côté positif, s'il y en a un dans cette affaire, est peut-être de nous faire réaliser notre minuscule pouvoir sur les forces de la nature: un malheureux volcan se réveille et nous voilà remis à notre place! L’Histoire ne nous a-t-elle pas souvent appris que c’est devant l’adversité que l’Homme donne le meilleur de lui-même?
Alors que l’éruption du volcan a provoqué une pagaille inouïe et ce n'est peut-être pas fini, tout en restant, néanmoins considérée par les volcanologues comme une éruption "ordinaire", ne devrions-nous pas nous demander combien notre modèle de prospérité est vulnérable? Nous sommes devenus à un tel point dépendants de l’hypermobilité, que nous en sommes venus à la considérer comme indispensable.. Si nous nous arrêtons un instant nous pouvons observer que bien des choses de notre monde moderne pourraient un jour être tout aussi vulnérables, qu’il s’agisse d’Internet, de la téléphonie mobile, du GPS, du trafic maritime, ferroviaire ou routier, et tout ce qui fait notre monde d'aujourd'hui sans lequel il nous semble bien sûr, ne plus pouvoir vivre ..
Comment ferions-nous si brusquement il fallait que nous nous en passions? Les spécialistes ont beau chercher à tout prévoir, tout anticiper, cette éruption "ordinaire" nous rappelle brutalement combien l’humilité reste de mise. Ni l’éruption ni ses nombreuses conséquences directes et indirectes n’étaient prévisibles. Après l’infiniment lointain et l’infiniment petit, l’infiniment complexe est sans aucun doute la dernière frontière de l’humanité. Infinie complexité que nous avons nous-mêmes créée.. Génétiquement, psychologiquement, ne restons-nous pas des Cro-Magnons, partageant en héritage une culture et des comportements adaptés à un monde bien plus "simple" et plus "prévisible" que celui que nous avons nous-même fait émerger ?
Le volcan Eyjafjallajökull pourrait-il donc nous inspirer ? Puisque tout peut arriver, que pouvons-nous faire maintenant? Ne pourrions-nous réaliser qu'il serait peut-être temps d'inventer des plans B?

Featured 9f80857c4f8cb8374a10579d275de8ea

Marie-Hélène Morot-Sir149 articles

  • 271 320

Auteur de livres historiques : 1608-2008 Quatre cents hivers, autant d’étés ; Le lys, la rose et la feuille d’érable ; Au cœur de la Nouvelle France - tome I - De Champlain à la grand paix de Montréal ; Au cœur de la Nouvelle France - tome II - Des bords du Saint Laurent au golfe du Mexique ; Au cœur de la Nouvelle France - tome III - Les Amérindiens, ce peuple libre autrefois, qu'est-il devenu? ; Le Canada de A à Z au temps de la Nouvelle France ; De lettres en lettres, année 1912 ; De lettres en lettres, année 1925 ; Un vent étranger souffla sur le Nistakinan août 2018. "Les Femmes à l'ombre del'Histoire" janvier 2020   lien vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=evnVbdtlyYA

 

 

 





Laissez un commentaire



7 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    10 mai 2010

    Marie-Hélène le Plan B n existe pas du moins pour le moment.
    Tes petits et les miens bien que conscients écologiquement plus que moi
    regardent le train passer et se disent WOW..what is going on??
    en 6e ils font l'étude des volcans et une disait..la science ne peut pas arreter les éruptions puisque on en a depuis des milliers d années. Elles refusent un sac de plastic au super marché, mais ne peuvent pas arreter le grondement de notre terre. Et comme disait un internaute ce que je disais il y a deux semains, la vieille Europe a besoin de fertilisant.

  • Gaëtan Pelletier Répondre

    10 mai 2010

    Eh! Oui! C'est une leçon... Elle nous indique non seulement une hyper activité humaine mais que nous vivons de plus en plus sur des "biens" non réels. Une dépendance à tous ces artifices dans une vision de "pouvoir".
    Mais la nature est bien plus forte que "nous"...
    Une dizaine comme ça - avec le pétrole qui se répand au Sud des États-Unis - et nous sommes déstabilisés.
    C'est là le grand danger. On ne peut évaluer tout ça en argent... On le fait, mais à tort.
    La Vie qu'on perd, semble perdue à jamais... Tchernobyl, est un bel exemple. Et plus nous nous activons plus nous courons des dangers de créer des phénomènes "artificiels" ajoutés aux naturels.

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre Répondre

    10 mai 2010

    Et nous voilà de retour au programme HAARP
    http://www.amightywind.com/prophecyp/haarp.french.htm
    High Frequency Active Auroral Research Program
    Les tours de transmission d'énergie sont situées dans l’Alaska désert ne sont pas des tours communes, puisqu'elles ont été créées pour générer de la puissance d'une telle manière qu'elle soit projetée dans l'ionosphère en quantités gigantesques.
    "Le projet de 30 millions $US (du Pentagone), nommé non officiellement HAARP (High Frequency Auroral Research Program), est conçu pour projeter plus de 1.7 gigawatts (millions de watts) de puissance électromagnétique dans l'ionosphère - la couche chargée électriquement juste au-dessus de l'atmosphère terrestre. Pour simplifier, l'appareil est l'opposé d'une antenne radio - transmettant au lieu de recevoir. Ça 'fera bouillir l'atmosphère élevée'". Après avoir chauffé et déstabilisé l'ionosphère, les radiations vont rebondir sur la terre de manière à former de longues ondes qui vont pénétrer nos corps, le sol et les océans. ("Angels don't play this HAARP", page 8)
    Laissez Monsieur Begich nous expliquer ce concept "... cette invention fournit la capacité d'envoyer des quantités énormes d'énergie dans l'atmosphère terrestre à des endroits stratégiques et à maintenir cette puissance à ce niveau, particulièrement si des pulsations à répétitions sont utilisées, d'une manière bien plus précise et mieux contrôlé qu'accompli par la technologie précédente..." (Page 28)
    "... le but est d'apprendre comment manipuler l'ionosphère sur une plus grande échelle que l'Union soviétique avec ses moyens similaires. HAARP serait le plus grand radiateur ionosphérique dans le monde, situé à une latitude idéale pour mettre l'invention de Eastlund en pratique." (Page 29) De plus, de cette latitude nordique, l'énergie peut être dirigée dans l'ionosphère afin qu'elle reflète sur la terre à l'endroit choisi par les scientifiques. Le secret était d'apprendre comment et ou le diriger pour frapper la terre à l'endroit précis de leur choix, créant le genre de désastre ou de météo qu'ils désirent. Brièvement, c'est le summum de l'expertise récemment acquise pour manipuler la météo. En déversant des quantités précises d'énergie qui sont ciblées dans certaines parties de l'ionosphère, les scientifiques peuvent créer toute sorte d'orages, d'ouragans, d'inondations, de tornades et de sécheresses. Dans NEWS1198, "U.N. Treaty Proves Wheather Control Is Real", nous rapportons les nouvelles selon lesquelles la Malaisie a déjà signé un contrat avec une compagnie Russe de modification de la météo pour créer un ouragan qui serait assez près pour éloigner la fumée et le "smog" des villes de Malaisie sans rien détruire sur le territoire. Cette compagnie Russe a fait le travail, et la Malaisie a eu un ciel clair.

  • Archives de Vigile Répondre

    9 mai 2010

    Les vidéos dont je vous transmets les liens ci dessous parlent toutes seules quant à l'importance du trafic aérien dans notre monde. Oui Madame Morot-Sir, vous avez raison, nous devons en tirer les leçons d'humilité qui s'imposent, notre manière de fonctionner a des vulnérabilités contre lesquelles nous ne pouvons rien, et la nature se charge de nous le rappeler quand nous l'omettons.
    Le Tsunami, il y a quelques années, nous a aussi prouvé une nouvelle fois que nous sommes dérisoires à côté des puissances des forces naturelles. Nous pouvons cependant nous demander si les catastrophes naturelles répétées et de plus en plus fréquentes ou importantes ( comme les inondations, cyclones etc... ) ne sont pas directement ou indirectement liées à l'impact de nos activités parfois excessives ou démesurées.
    Traffic aérien : la ruche
    http://sathyadas2.blogspot.com/2010/04/traffic-aerien-la-ruche.html

  • Archives de Vigile Répondre

    9 mai 2010


    Encore un autre grand texte par une grande dame.
    Comme géographe et amoureux de la terre, je suis
    d'accord avec Gébé Tremblay que les cendres volcaniques sont une bénédiction pour l'Europe.
    Voyez comme les îles volcaniques issues des éruptions précédentes à proximité de l'Islande sont rapidement devenues des milieux de vie végétale et animale.
    Beaucoup de compagnies aériennes devront passer par le sud pour se rendre d'Europe en Amérique du Nord, ce qui fera la fortune des compagnies d'aviation américaines qui empruntent déjà la route par l'Afrique pour traverser l'Atlantique jusqu'à New York et de là vers les autres destinations en Amérique.
    JRMS

  • Archives de Vigile Répondre

    9 mai 2010

    Bonjour Mne.Morot-Sire
    À l'échelle de l'histoire de la terre, l'homme n'existe que depuis quelques secondes.
    Cervantes (don Quichotte) disait " Soit le bienvenu, malheur, si tu viens seul."
    Un volcan, c'est une force de la nature inévitable naturelle meurtière. Combiné à la technolgie moderne, ça devient une catastrophe économique évitable, à condition d'être moins pressé et de prendre le bateau.
    Le 22 avril 2010, losque la plateforme pétrolière a sombré dans le golfe du Mexique après une explosion et un incendie, personne ne soupçonnait que la marée noire deviendrait une des pires catastrophes nationales des États-Unis.
    Heureusement qu'il y a eu l'attentat raté de Times Square le 2 mai, suite à un complot terrorriste exécuté par un amateur qui a tout fait pour semer des indices sur son chemin pour aider à mener à son arrestation. La population peut dormir en paix, les vendeurs étinérants nous protègent mieux que tout les bugets consacrés à la sécurité depuis l'attentat du WTC.
    http://washington.blogs.liberation.fr/great_america/2010/05/le-terroriste-de-times-square-agent-double.html
    Le Canadien de Montréal, malgré une saison décevante, fait tout pour venir au secours de Jean Charest qui s'enfonce dans un marécage, en luttant désespérément pour atteindre la finale.

  • Archives de Vigile Répondre

    9 mai 2010

    En tête de ma liste des choses les plus importantes est mon potager. Alors ce volcan, moi je le vois d'un oeil de cultivateur.
    Ce volcan, en distribuant ainsi sa cendre, enrichie tout le sol appauvri de l'Europe par des millénaires d'agriculture. C'est un moment merveilleux qui nous montre la patience de la nature.
    En plus, pendant ce temps, il cloue au sol nos avions polueurs.
    Sublime.