Un coup d'éclat nationaliste de la part tous les partis

Qu’on permette aux autres députés de renier leur serment au roi

pour le remplacer par le serment à la nation québécoise comme l'a fait le PQ

Aaef8543393517c33771fb05e57a129e

Tribune libre

Tout le monde se félicite de l'entrée triomphale et historique des 3 valeureux députés du Parti québécois au Salon bleu de l'Assemblée nationale, sans avoir eu à subir l'humiliation de devoir prêter allégeance au roi d'Angleterre, Charles III.



Que leurs noms passent à l'histoire: Paul Saint-Pierre Plamondon, Pascal Bérubé et Joël Arseneau.





Il y a fort à parier que plusieurs, pour ne pas dire la majorité, des autres députés les envient et auraient sans doute voulu pouvoir faire de même.



Pour corriger cette hypocrisie imposée dont on a enfin réussi à se débarrasser pour de bon, pourquoi ne pas élargir la portée du geste en organisant une grande cérémonie officielle de reniement du serment d'allégeance fait au roi d’un autre pays, qui se verra remplacé par le nouveau serment à la nation québécoise, beaucoup plus approprié?



Chaque député répétera individuellement et solennellement une formule dans le genre:


"J’abjure officiellement le serment de loyauté que j'ai été forcé de prêter au roi d'Angleterre et qui allait à l'encontre de mes convictions profondes.


Je désire le remplacer par le serment suivant:  « Je, (nom du député), déclare sous serment que je serai loyal envers le peuple du Québec et que j'exercerai mes fonctions de député avec honnêteté et justice dans le respect de la constitution du Québec ».



Imaginons qu'on aille chercher entre 75 et 100 des 125 députés, tous partis confondus. Quel coup d'éclat nationaliste! Quelle affirmation de notre volonté de détachement des liens avec la monarchie. Quel pied de nez à faire au Canada anglais dénigreur du Québec et au gouvernement fédéral de Justin Trudeau qui ne cesse de multiplier les entraves à notre essor collectif.



Un tel geste décisif serait un moyen de plus de leur démontrer à quel point nous sommes différents d'eux, et que nous nous éloignons de plus en plus de ce pays qui est de moins en moins le nôtre.



Ce serait leur faire la démonstration haut et fort que nous voulons faire les choses à notre façon, et qu'on se fiche éperdument de ce qu'ils en penseront, tout comme on se fiche de leur réaction à la loi 21 ou 96, ou de tout autre loi voulue démocratiquement par la majorité qui affirme notre spécificité, notre caractère bien distinct d'eux autres.



Et à mesure que les noms des participants seront révélés, il y a de fortes chances que se produise un effet d'entraînement à la hausse qui pourrait nous réserver de fort belles surprises.




Car sait-on jamais, peut-être que le premier ministre du Québec François Legault lui-même osera poser le même geste émancipateur de la monarchie anglaise ! Imaginez l’impact positif que cela produirait, le premier ministre de l’État québécois qui a le cran d’abjurer l’autorité anglaise oppressive ! Cela aurait un effet domino qui provoquerait la chute de tous les autres.



Ce sera aussi une occasion de voir dans quelle mesure les 4 partis politiques accepteront que leurs députés y participent. Est-ce que chaque député pourra exercer son libre choix selon sa conscience, ou cherchera-t-on à lui imposer une ligne de parti restrictive allant contre sa volonté et ses convictions?


Comme de raison, on peut s’attendre à ce que les députés représentant les anglophones et les allophones refusent de se joindre à l’élan national, demeurant honteusement fidèles à leur mauvais parti-pris anti-québécois.




La cérémonie du changement de serment d'allégeance pourrait être célébrée en grande pompe le 24 juin prochain en plein air devant une foule en liesse, suivie de feux d'artifice devant l'Assemblée nationale. Après, les gens pourraient aller serrer la main de tous les députés présents et les féliciter de ce geste capital qui aura comme effet de recentrer le sens premier de leur engagement.



À défaut de se libérer tout de suite du Canada centralisateur, commençons d'abord par se libérer de toute emprise de la Grande-Bretagne. C'est un pas dans la bonne direction, celle qui nous rapproche de notre pays du Québec tant attendu.



Un pays pour chaque nation, une seule nation par pays.



À lire dans le même ordre d'idée:


Pour une cérémonie citoyenne annuelle et publique du serment de loyauté à la nation québécoise


La prochaine étape: l'abolition du poste de lieutenant-gouverneur du Québec?



Note: cliquez sur les termes surlignés en bleu pour approfondir davantage votre réflexion sur le sujet


 


Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie842 articles

  • 1 454 222

Réjean Labrie est natif de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Il tire la plus grande fierté d’être un enraciné de la 11ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance vertueuse, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le bon peuple.

Plus de 840 articles publiés en ligne ont été lus un million 450 000 fois par tous ceux qui ont voulu partager une réflexion s'étendant sur une période dépassant 15 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Réjean Labrie Répondre

    27 mai 2023

    Il y a plus de 4 ans déjà, dans mon article d'avril 2019, La couronne royale et les armoiries britanniques doivent disparaître de l'Assemblée nationale, j'ajoutais dans la même foulée:


    "Et, tant qu'à faire, pourquoi ne pas effectuer par la même occasion l'abolition du serment d'allégeance obligatoire à Sa Majesté la Reine d'Angleterre Élizabeth II, qui n'a décidément plus aucune raison d'être dans nos institutions?"


    Tout ça pour dire que lorsque les bonnes idées circulent, elles finissent généralement par trouver preneur et par se réaliser. Toute notre admiration va au Parti québécois pour avoir réussi cet exploit historique.



    Il en va de même de l'idée de l'indépendance du Québec. Parlez-en autour de vous, c'est votre façon de faire votre part pour la bonne cause.