Suprémacisme blanc

Où s’en vont les États-Unis?

Tribune libre

 




Depuis le passage pour le moins cahoteux de Donald J Trump à titre de président des États-Unis, le suprémacisme blanc ne cesse de prendre de l’ampleur. À preuve, les dernières tueries en Caroline du Sud, à El Paso au Texas, à Charleston, à Pittsburgh l'année dernière, à Atlanta ces derniers jours, à Dallas au Texas et maintenant à Buffalo.

Dans un manifeste de 180 pages, le présumé tueur de Buffalo invoque la théorie «conspirationniste du grand remplacement», une idéologie d'extrême droite selon laquelle les élites, notamment des Juifs, veulent remplacer la population blanche entre autres par la voie de l'immigration.

De son côté, Joe Biden, contraint par sa trop mince majorité parlementaire, confronté à des États conservateurs dotés de prérogatives étendues, limité par une Cour suprême désormais fermement ancrée à droite, doit se contenter d’agir à la marge, par exemple en adoptant des décrets sur des limitations marginales des armes à feu.

Or pourtant, déjà en mai 2007, Barack Obama n’était encore qu’un jeune sénateur d’Illinois, un candidat démocrate parmi une dizaine d’autres, neuf mois avant le vote des primaires du parti. Le Secret Service, l’agence fédérale chargée de la protection d’importantes personnalités politiques, avait dépêché des hommes pour protéger sa campagne, en raison de menaces hargneuses envers le candidat noir. Déjà se dessinait un danger tangible. L’essor d’un homme politique issu des minorités agitait la galaxie haineuse des milices patriotiques d’ultradroite, persuadée que le succès de ce nouveau venu métis augurait une attaque frontale contre le pouvoir blanc,.

Ces derniers jours, un homme de 18 ans appartenant à l’extrême droite a tué dix personnes, surtout des Afro-Américains, dans un supermarché de Buffalo dans l’État de New York. Dans un contexte d’augmentation des ventes d’armes à feu, les États-Unis sont à nouveau confrontés à la menace du suprémacisme blanc pour une énième fois. Jusqu’à quand les Républicains mettront-ils un frein à toute tentative de limiter les armes à feu sur le territoire du pays dit de «la liberté»? Enfin, jusqu’à quand les minorités visibles serviront-elles de cibles humaines innocentes et vulnérables?




Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1784 articles

  • 1 211 034

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé