LA RÉPLIQUE

Médias - Qui sont les vrais clowns de l’infospectacle?

Il y aura toujours de la place pour faire cohabiter une information sérieuse ET un divertissement de qualité.

A259853801f70cd79130b1a2b15e8815

À propos des chroniqueurs et columnists qui font de la démagogie et manipulent l’information afin de rassembler la meute et glorifier leur ego

Lettre au chroniqueur Stéphane Baillargeon

Bonjour Stéphane,

J’espère que tu vas bien. Je ne le fais jamais, mais je me permets, simplement pour le plaisir, de prendre le temps de te revenir en réponse à ton article de samedi dernier — intéressant, par ailleurs […]. En fait, j’y reviens précisément pour une chose, l’affirmation de M. Bastien avançant dans son livre, entre autres, que Le fric show« poussait le mixte du vrai et du faux à ses limites, avec des erreurs factuelles en plus ».

En 24 émissions, consacrées à 24 thèmes différents,personne n’a jamais remis en question l’info avancée dans aucune d’entre elles, sinon Sophie Cousineau de La Presse qui, une fois, remettait en question certains faits avancés dans l’émission au sujet de Gildan, le fabricant de t-shirts. Quelques mois plus tard, elle se rétractait néanmoins lorsque Gildan fut emmené en procès, reconnaissant ni plus ni moins alors que les faits avancés par le Fric show se validaient d’eux-mêmes. Mais c’est anecdotique et l’essentiel se résume à ceci.

Pensons-y : ne serait-il pas surprenant, pour ne pas dire catastrophique, que le consortium d’avocats de la SRC aurait pu laisser des informations erronées être avancées à son antenne, même dans le cadre d’une émission dite « de variétés », risquant de s’exposer à des poursuites ou des attaques qui entacheraient la réputation du plus grand réseau d’information au Canada ? Tout ça sans compter sur le professionnalisme et le sérieux des recherchistes et documentaristes de l’émission dont le but premier était de bâtir l’émission la plus pertinente qui soit, même dans le contexte éclaté et la liberté du style, à l’aide d’infos valables validées ensuite par plusieurs spécialistes directement à l’antenne ?

Ce n’est pas comme si c’était moi, et moi uniquement, qui avait avancé ces informations, alternant chaque fois grimaces avec saut de gosses. Monique Simard, la productrice de l’émission et une femme sérieuse, ne l’aurait jamais permis. Ni moi non plus d’ailleurs, quoi qu’on en pense.

Bien sûr, le tout était enrobé de spectacle et entouré d’un décorum outrancier assumé, doublé d’un parti pris éditorialiste de bon aloi, dans le contexte. On pourrait qualifier de « faux » ce qui relevait précisément de l’aspect cirque et surréaliste de l’enrobage, évidemment. Mais cet enrobage versus le propos, à mon sens, était facilement déchiffrable, on ne pouvait pas s’y perdre à moins de le vouloir ardemment, et quiconque était doté d’un minimum de bonne foi n’en était pas si dupe.

Néanmoins, et sans vouloir jouer dans la cour des grandes émissions d’information, ni se prendre pour Enquête, le message de chacun des Fric show n’en était pas moins basé sur des faits vérifiés et contre-vérifiés, quoi qu’en disent M. Bastien et certains autres de l’époque. Il pourra vérifier auprès du service juridique de la SRC pour s’en assurer, si ça le chicote encore.
Puristes de l’information

Mais voilà précisément — évidemment et encore — ce que les puristes de l’information ou journalistes orthodoxes reprochent, depuis 15 ans surtout, à des émissions comme La fin du monde est à sept heures ou Le fric show. J’ai l’impression de revoir à intervalles réguliers, comme un vol d’outardes à l’automne, ce même débat, pas plus avancé d’une fois à l’autre, sans rien entendre de nouveau sur ce même énième sermon apostolique journalistique, ni à qui il sert de venir répéter encore qu’Enquête et Infoman ne sont pas une seule et même émission.

Je conçois très bien qu’on puisse ne pas aimer le genre. Mais de là à se hérisser le poil et crier à l’hérésie au nom d’un public égaré et effaré qui, parce que la forme se ressemble, mélangera toujours le Téléjournal de Céline Galipeau avec le bulletin de nouvelles de Saturday Night Live…

Cela dit, j’entends avec amusement aujourd’hui bien des amis journalistes qui, à l’époque de La fin du monde, poussaient les hauts cris et jouaient les inquisiteurs et qui — tout à coup contaminés avec le temps, je présume — réclament maintenant avec autant d’ardeur davantage de Real Time ou de Daily Show à nos antennes, davantage de Bill Maher ou de Jon Stewart.

Il y aura toujours de la place pour faire cohabiter une information sérieuse ET un divertissement de qualité. C’est même souhaitable pour le public. Surtout quand le deuxième vient se colletailler au premier dans la sphère politique, qui est en bonne partie un spectacle en elle-même et mérite parfois d’être traitée comme telle, avec les yeux du bouffon qui pouvait dire au roi certaines choses que la cour n’osait pas ou ne pouvait pas dire.

Débat donc à la limite stérile et, à mon sens, désuet. Laissons le public, capable de faire la part des choses entre le cirque et l’information, et parlons plutôt d’éthique et d’honnêteté intellectuelle, non ? Parlons de ce qui pourrait s’avérer bien plus pernicieux que le mélange des genres qu’on soulève ici. N’y a-t-il pas, toujours, à la radio, à la télé et dans les journaux, des chroniqueurs et columnists qui font encore de la démagogie et manipulent l’information afin de rassembler la meute et glorifier leur ego ? Ce ne serait pas eux, plutôt, les vrais clowns de l’infospectacle ?

Est-ce que l’humeur, les états d’âme, la personnalité et la subjectivité des journalistes ne prennent pas trop le dessus sur les propos d’une véritable information ? Est-ce vraiment ce qu’on leur demande, même si c’est ce qui fait vendre ?

À vouloir donner du contenu sur toutes les plateformes et en même temps, sans augmenter les effectifs, n’est-on pas condamné de plus en plus à diluer la bonne information, sacrifiant l’expérience au profit d’une main-d’oeuvre meilleur marché ? C’est de ça, si je peux me permettre, qu’on devrait débattre avant tout plutôt que de déblatérer ad infinitum à savoir si le prochain Jean-René Dufort mérite ou non son accréditation officielle de journaliste à la Fédération professionnelle des journalistes du Québec.

Mais voilà. Je me trompe peut-être, mais il semble difficile pour les journalistes, sauf en congrès bien serré — et encore — de critiquer publiquement la pratique des uns et des autres, de se remettre en question sur la place publique, d’alerter le public sur les pratiques douteuses de la maison des uns comme des autres… Si certains ayatollahs sont si prompts à condamner l’infospectacle, il faudra bien faire preuve de cohérence et s’autocritiquer le nombril journalistique un jour ou l’autre, non ?

Comme le spectateur féru d’information que je suis, il m’apparaît d’abord et maintenant qu’il est là — et plus que jamais — le débat utile et pertinent sur son rôle et sa qualité. Et non plus de pérorer à se demander si le public confond encore la tarte au sucre et le tartare de saumon.
Marc Labrèche - Comédien et animateur


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé