Seule un loi 96 ferme et sans échappatoire pourra renverser la vapeur

Les allophones maintenant majoritaires dans les Cégep anglais

Les allophones ont trahi notre confiance

7c42e41362d2ae119652c46efb372c09

Tribune libre

Les allophones viennent d'être reconnus coupables de rechercher l'anglicisation, dès qu'ils le peuvent, dès que la loi le permet, c'est-à-dire à partir du niveau Cégep.



Les chiffres officiels d'un rapport récent sont clairs et nets et ne laissent plus aucun doute planer sur les véritables intentions des allophones parachutés au Québec: devenir des anglos/Canadiens/Nord-américains, et non pas des néo-Québécois à part entière.



Ils se positionnent en tant qu'ennemis de la nation québécoise de souche à laquelle ils refusent de s'associer.


Ils le démontrent déjà amplement en votant en bloc pour le même parti anti-nationaliste (PLQ), le parti officiel des anglophones et des allophones, de plus abandonné par les francophones.


Les allophones ne sont pas nos alliés. Ils sont de l'autre bord. Du bord de l'assimilation à l'anglais.



Il y a désormais une majorité d’allophones dans plusieurs cégeps anglos.



Au cégep Vanier, dans le nord de Montréal, 52 % de la clientèle était allophone en 2020.


Lui aussi dans la métropole, le Collège Marianopolis compte 53 % d’étudiants qui n’ont ni le français ni l’anglais comme langue maternelle.  


Les allophones forment également une majorité dans le populeux cégep Dawson, avec 41,6 %.  


En fait, la part d’étudiants allophones dans le réseau collégial de langue anglaise est en progression depuis l’an 2000, passant de 30 % à 38 % cette année. 



Lieu d’anglicisation 


Pour le démographe de l’Institut national de la recherche scientifique qui a compilé les données obtenues par notre Bureau parlementaire, le réseau collégial anglais participe à l’anglicisation des allophones.  



« Les allophones, c’est un groupe très hétérogène, avec beaucoup de langues maternelles, et ils se rejoignent avec une langue commune qui est l’anglais, souligne Patrick Sabourin. Dans ce sens-là, le cégep anglais est une espèce de lieu de socialisation où le point commun est la langue anglaise. »  



LANGUE MATERNELLE PARLÉE DANS LES PRINCIPAUX CÉGEPS ANGLOPHONES  


2018  



  • Français: 26 %     

  • Anglais: 37 %     

  • Autres: 37 %        


2019  



  • Français: 26 %     

  • Anglais: 35 %     

  • Autres: 39 %        


2020  



  • Français: 26 %     

  • Anglais: 36 %     

  • Autres: 38 %        


Cégeps répertoriés : John Abott, Dawson, Vanier, Marianapolis, Champlain


Source: les allophones veulent s'angliciser



Les allophones ont trahi la confiance que nous avions placée en eux afin qu'ils nous secondent dans la construction d'un Québec toujours plus francophone, un lieu où on vit, travaille, se divertit et se cultive uniquement en français.


Ils ne respectent pas le contrat social qui les lie à leur acceptation parmi nous.


Conséquemment, ils ne méritent pas de rester ici. La relocalisation dans le ROC s'impose d'elle-même comme solution expéditive et punitive.



Ces futurs anglo-allophones se fichent éperdument de ne pas pouvoir communiquer avec nous. Ils coupent les ponts au profit des anglos.


Et comme ces mêmes anglos, ils seront les prochains à exiger qu'on s'adresse à eux en anglais.



C'est une situation tout à fait inaccceptable, pour ne pas dire révoltante.


Seule une nouvelle loi 96 forte et sans échappatoire pourra renverser la vapeur et colmater les brèches béantes.



Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie627 articles

  • 1 155 375

Réjean Labrie est natif de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Il tire la plus grande fierté d’être un enraciné de la 11ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le peuple.

L'icône d'identification montre les fortifications de Québec qui symbolisent notre caractère irréductible et notre résilience face à l'adversité.

Ses 625 articles publiés en ligne ont été lus plus d'un million de fois par tous ceux qui ont voulu partager une réflexion s'étendant sur une période de plus de 12 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



1 commentaire

  • Réjean Labrie Répondre

    12 novembre 2021

    Des mesures énergiques doivent être mises en place par le gouvernement pour combattre l'option de l'anglais dans les études supérieures, dangereux vecteur de l'anglicisation, tout particulièrement chez les allophones, qui ne demandent pas mieux que l'assimilation totale à l'anglais.


    Quelques recommandations dissuasives:


    Pour les allophones:


    - l'accès au Cégep et à l'université en anglais interdit aux allophones


    - les allophones qui optent pour le Cégep ou l'université en anglais doivent payer tous les frais de cours en totalité comme des étrangers venant étudier au Québec


    - Aucune subvention ou prêt étudiant accordé aux allophones optant pour l'anglais


    Pour les francophones


    - l'accès au Cégep et à l'université en anglais interdit aux francophones


    - les francophones qui optent pour le Cégep ou l'université en anglais doivent payer tous les frais de cours en totalité comme des étrangers venant étudier au Québec


    - Aucune subvention ou prêt étudiant accordé aux francophones optant pour l'anglais