EAU POTABLE

Le Pacte des Grands Lacs fragilisé?

Le maire Denis Coderre s’inquiète d’une permission spéciale accordée à une ville américaine

3c037d31d74b9e86dbb564b2fe30a8b4

Des conséquences négatives possibles sur les niveaux d'eau dans le Saint-Laurent, au Port de Montréal et dans la Voie maritime

Le maire de Montréal, Denis Coderre, s’est inquiété mardi du « précédent » que pourrait créer l’autorisation qu’a obtenue la Ville de Waukesha, en banlieue de Milwaukee, de puiser son eau potable dans le lac Michigan.

« Non seulement on est déçus, moi, je trouve ça inacceptable », a réagi le maire, en ajoutant qu’il allait « regarder toutes les options possibles » pour réduire le potentiel négatif de cette décision.

Les gouverneurs de huit États américains limitrophes des Grands Lacs ont donné le feu vert au projet de la municipalité de Waukesha qui consiste à retirer, puis à retourner de l’eau dans le lac Michigan même si celle-ci est située hors du bassin versant. Le projet, qui prévoit le retrait de 31 millions de litres d’eau par jour dans le lac, doit servir à alimenter Waukesha en eau potable, puisque ses puits souterrains sont contaminés au radium.

Pacte fragilisé

L’Alliance des villes des Grands Lacs et du Saint-Laurent, dont le conseil d’administration est présidé par Denis Coderre, s’est opposée à la demande de Waukesha. Selon cette coalition binationale de 122 maires, le projet ne respecte pas les exigences du Pacte des Grands Lacs, une entente devenue loi américaine en 2008. « Qu’est-ce que ça veut dire pour l’avenir même de ce pacte ? C’est inquiétant », a déclaré le maire Coderre. Il n’écarte pas la possibilité d’avoir recours aux tribunaux, et il a déjà contacté les gouvernements du Québec, de l’Ontario et du Canada. « Il faut qu’il se passe quelque chose. On ne peut pas laisser faire ça », a-t-il affirmé.

Eaux traitées, puis retournées

Le Pacte des Grands Lacs lie les États de l’Illinois, de l’Indiana, du Michigan, du Minnesota, de New York, de l’Ohio, de la Pennsylvanie et du Wisconsin — ceux-là mêmes qui ont pris la décision d’autoriser le projet de Waukesha.
> Lire la suite de l'article sur Le Devoir


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé