Société québécoise

L’immigration, un enjeu socio-linguistique et économique

Tribune libre

 


La déclaration pour le moins fracassante du ministre de l’Immigration, Jean Boulet, a relancé avec vigueur le débat sur l’immigration, notamment auprès des quatre autres chefs de partis. Et, comme si ce n’était pas assez, le premier ministre , lors d’une rencontre télévisée, est revenu avec son argument à l’effet qu’il serait « suicidaire » pour la nation d’outrepasser le seuil de 50 000 immigrants annuellement.

Par ailleurs le Conseil du patronat, invoquant comme argument la pénurie de main-d’oeuvre, propose d’accueillir jusqu’à 100 000 immigrants par année. De son côté, le Parti québécois de Paul St-Pierre Plamondon fixe le seuil d’accueil des immigrants à 35 000, évoquant notamment la protection du français et de la culture québécoise tout en ajoutant que les immigrants vont coûter des frais à l’État, notamment en éducation, en santé et en petite enfance.

D’entrée de jeu, je suis d’avis que Québec devrait privilégier les résidents permanents diplômés dans des domaines où la pénurie de main-d’oeuvre est la plus manifeste. Ensuite, ces résidents permanents devraient pouvoir s’exprimer couramment en français.

Une fois ces deux prémisses établies, je propose qu’un comité d’experts transpartisans formé, entre autres, de sociolinguistes et de démographes, et de personnages publiques réputés pour leurs connaissances en économie, s’entendent ensemble pour fixer un seuil d’accueil d’immigrants répondant aux besoins du Québec en 2022, en convergence avec les deux prémisses ci-haut mentionnées.

Ce comité serait formé dès le début de la prochaine session parlementaire et devrait remettre son rapport au nouveau gouvernement dans les six mois suivants pour être débattu ensuite par les élus qui seraient appelés ultimement à proposer l’intégralité du rapport final dans la politique nationale sur l’immigration.



Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1855 articles

  • 1 250 296

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé