L'Hermione vogue à nouveau, cap sur la Bretagne

45006ad0753b2a94dc98af0bbea63740

Chronique de Marie-Hélène Morot-Sir

L'Hermione, réplique du trois-mâts de La Fayette, a quitté son port d'attache, Rochefort (Charente-Maritime), samedi après-midi.

Depuis début mai, les marins professionnels avaient embarqué pour armer le navire et former de nouveaux volontaires. Ce nouvel équipage est composé à moitié d'"anciens" gabiers ayant effectué le voyage transatlantique et de nouvelles recrues.
Le commandement de la frégate est toujours entre les mains de Yann Cariou, avec pour second Antoine Faure, précédemment lieutenant navigation.

Côté professionnels, les marins retrouvent leurs postes, quelques gabiers de la "promo" passée les rejoignent. Certains possédaient déjà leurs brevets de marins pros, les autres se sont formés pendant l'hiver au CFPPA de Bourcefranc pour obtenir leur Certificat d'Initiation Nautique.

Avant de s'élancer à nouveau sur l'Atlantique, elle fera une escale technique de trois semaines, à la Rochelle, prévue jusqu'au 25 juin puis elle mettra le cap sur la Bretagne.

Au niveau du pont Transbordeur, en redescendant la Charente, L'Hermione a croisé et salué une autre frégate, le SHTANDART. C’est une réplique du navire amiral du Tsar Pierre le Grand, navire de guerre, construit soixante-quinze ans avant la frégate française (1779). C’est aujourd’hui un navire-école et un bateau musée.
Il sera présent à Rochefort pendant les premières semaines de l’absence de l'Hermione, jusqu'au 8 juillet, puis il la rejoindra à Brest pour les fêtes nautiques.

La célèbre Hermione, copie de celle qui emmena en 1780 le marquis de La Fayette soutenir les insurgés anglo-saxons en lutte contre l’Angleterre, pour obtenir l'indépendance des treize colonies de Nouvelle-Angleterre, a ainsi quitté Rochefort aux alentours de 16 h devant de nombreux admirateurs, toujours aussi enthousiastes ;
Des opérations de carénage seront réalisées et des moteurs de deuxième génération seront mis en place. L'intégralité de la mâture sera aussi réinstallée, chaque passage sur la Charente impose au navire de la réduire de quelques mètres pour passer sous les ponts.

L'équipage fera des essais en mer avant de quitter La Rochelle, pour permettre aux quelques nouveaux parmi les gabiers de s'exercer.

Le 26 juin, L'Hermione sera au mouillage devant Royan, où sera tiré un feu d'artifice.
Le navire mettra ensuite le cap sur la Bretagne pour rallier Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), du 1er au 9 juillet, puis Brest, du 13 au 19 juillet, où il prendra part aux fêtes maritimes internationales de la ville.

Pour son voyage retour, L'Hermione quittera Brest le matin du 19 juillet pour participer à la parade nautique de Douarnenez (Finistère). Elle devrait retrouver son port d'attache le 23 juillet.

A l'occasion de ce nouveau départ, Olivier Pagezy, ex-trésorier, a pris la tête de l'association L'Hermione-La Fayette, à l'origine du projet de reconstruction du navire lancé en 1997. Il succède à Benedict Donnelly, qui préside désormais la Fondation Hermione-Academy, chargée de récolter des fonds pour les futurs voyages du navire.

Après son périple aux États-Unis d’Amérique, au Canada et à Saint Pierre et Miquelon en 2015, c'est en Méditerranée que la réplique de la frégate de La Fayette effectuera son prochain "grand voyage" en 2018.

Deux parcours étaient à l'étude pour un nouveau grand voyage sur les mers : la Méditerranée d'une part et la Louisiane et les Antilles de l'autre. Avec une candidature très solide et la manifestation de nombreuses villes désireuses de fêter L'Hermione, c'est la première destination que le conseil d'administration de l'association a décidé de retenir.

L'équipage mettra donc le cap au printemps 2018 vers la belle bleue.
Cette navigation permettra à L'Hermione de faire escale à Marseille, Toulon et Sète, (en partenariat avec Escales à Sète) dont les maires et responsables locaux ont vivement souhaité la venue de l'Hermione, symbole de l'histoire maritime ‎française. Le programme de navigation sera précisé dans les prochains mois. Il devrait intégrer d'autres escales en France et dans d'autres pays riverains de la Méditerranée, comme le Portugal par exemple.

Nous suivrons cette nouvelle aventure avec le même intérêt.

Une courte vidéo sur le blog de l’Hermione, http://www.hermione.com/blog-de-l-hermione/1391-et-c-est-reparti.html

Featured 9f80857c4f8cb8374a10579d275de8ea

Marie-Hélène Morot-Sir150 articles

  • 272 890

Auteur de livres historiques : 1608-2008 Quatre cents hivers, autant d’étés ; Le lys, la rose et la feuille d’érable ; Au cœur de la Nouvelle France - tome I - De Champlain à la grand paix de Montréal ; Au cœur de la Nouvelle France - tome II - Des bords du Saint Laurent au golfe du Mexique ; Au cœur de la Nouvelle France - tome III - Les Amérindiens, ce peuple libre autrefois, qu'est-il devenu? ; Le Canada de A à Z au temps de la Nouvelle France ; De lettres en lettres, année 1912 ; De lettres en lettres, année 1925 ; Un vent étranger souffla sur le Nistakinan août 2018. "Les Femmes à l'ombre del'Histoire" janvier 2020   lien vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=evnVbdtlyYA

 

 

 





Laissez un commentaire



2 commentaires

  • Marie-Hélène Morot-Sir Répondre

    12 juin 2016

    Merci, Monsieur Dufresne, d’avoir pris sur votre temps pour venir écrire ce charmant commentaire.
    Les personnes chez vous qui se sont enthousiasmées pour ce projet de l’Hermione ne sont en effet pas nombreuses mais tout particulièrement passionnées , au point que certaines d’entre elles ont fait le déplacement, comme vous le savez, jusqu’à Boston !
    Elles attendaient des nouvelles de ce nouveau départ même si ce n’est cette année qu’un tout petit parcours le long des côtes françaises, n’ayant rien à voir avec la grande traversée transatlantique de l’an dernier.
    Un voyage de cette frégate de la liberté remontant votre magnifique Saint Laurent (baptisé ainsi par jacques Cartier ignorant qu’il avait déjà ce si joli nom amérindien de Kaniatarowane-neh ) semble un désir trop fou pour pouvoir se réaliser, porteur de trop de symboles qui seraient sans doute inacceptables par les politiques de tous bords.. Pourtant certains se sont laissés à en rêver...
    Merci à vous d’être là.

  • Archives de Vigile Répondre

    12 juin 2016

    Mme Morot-Sir,
    Les sujets que vous abordez sont toujours pertinents et fort bien écrits. Même si l'an dernier vous avez parlé de l'Hermione, cette super reproduction d'une frégate du 18ième, ici, au Québec, l'enthousiasme n'a pas débordé à son sujet étant toujours cette inconnue presque onirique, sauf pour quelques personnes de Québec qui sont allé à sa rencontre à Boston. La sortie de cette année est beaucoup moins spectaculaire que sa traversée de l'Atlantique de l'Été dernier. Même si le lectorat de votre article n'était pas époustouflant, ne nous privez jamais de nous envoyer des nouvelles de votre Provence, il y aura toujours quelqu'un pour les apprécier.
    Merci pour ces détails sur l'Hermione.
    Ernest Dufresne