Immigration massive submersive

Immigrés récents: voleurs de logements et de soins médicaux?

Prioriser les Québécois d'abord, partout et toujours

131d3c1376c22f8f38edca44fade3df7

Tribune libre

Voici 7 situations problématiques qui démontrent que l'afflux incontrôlé d'immigrants mal sélectionnés au Québec, provenant souvent des pays les plus sous-développés de la planète, désavantage bien des Québécois d'ici.



1- Il fut un temps où plusieurs immigrants pouvaient être considérés à juste titre comme des "voleurs de jobs".


Mais c'est pourtant ce qui arrive encore lorsqu'un emploi est accordé à un immigré récent alors qu'un Québécois serait disponible pour l'occuper.


En effet, c'est ce qui continue de se produire avec tous ces programmes d'inclusion ethnique, de "discrimination positive à l’embauche" et autres lubies diversitaires déplorables qu'il faut faire abolir. On fait alors passer la compétence, les qualifications et l'expérience au second rang. Et on nuit sciemment aux nôtres.



2- Un nouveau problème dû à l'immigration massive dépassant nos capacités d'intégration est la pénurie de logements entraînée par tous ces immigrés qui s'emparent des logements qui devraient servir d'abord aux Québécois nés ici chez eux.



3- Outre ces logements conventionnels, plusieurs immigrés du tiers-monde cherchent à s'approprier plus spécifiquement les hlm conçus d'abord et avant tout pour nos propres pauvres. Faut-il souligner que pour ces immigrés, ces logements constituent de véritables palaces, comparés aux bidonvilles, cabanes de tôle, huttes et cambuses d'où ils viennent. C'est la première fois de leur vie qu'ils ont une toilette, l'eau courante, l'eau chaude, un toit qui ne coule pas, du chauffage, des murs solides, des fenêtres vitrées, parfois même l'électricité, etc.



4- Et comme si ce n'était pas assez, ce n'est pas long que les immigrés se mettent à engorger les cliniques externes, les urgences, les hôpitaux, avides qu'ils sont de profiter de notre médecine de pointe gratuite. Remarquez-le la prochaine fois que vous aurez à vous y rendre.


Et ce sont les Québécois qui écopent et qui n'arrivent plus à rencontrer de médecin pour leur intervention médicale, forcés qu'ils sont de leur céder leur place sur les listes d'attente pour subir leur opération, reculant loin derrière et devant prendre leur mal en patience.



5- Et de la même façon, les Québécois reculent sur les listes d'attente pour obtenir un médecin de famille.



6- On ne peut passer sous silence le pillage des banques alimentaires qui devraient être réservées à nos pauvres, pas aux miséreux du tiers-monde qui cherchent à tout se faire donner par charité en faisant pitié, une pratique qui leur est familière, et qui dépouillent les comptoirs Emmaüs, Ozanam et autres Saint-Vincent-de-Paul de leurs électros, meubles et vêtements pour leur usage personnel.



7- À ce qu'il paraît, certains immigrés auraient même commencé à s'approprier les refuges pour itinérants, les soupes populaires, etc.


*     *     *


La solution à tout cela est simple d'application. Elle consiste à accorder la préséance aux Québécois d'abord, aux autres ensuite.



Quelques exemples concrets:


1- Si un logement est libre et qu'un Québécois et un étranger se présentent, le Québécois aura automatiquement la priorité. C'est notre pays après tout, comme s'il fallait le rappeler. On n'a à perdre aucun de nos avantages. On n'a pas à céder ce qui nous revient de droit. L'État doit offrir des services pour répondre à nos besoins en premier. Sachons nous faire respecter.



2- Une autre mesure efficace: aucun poste permanent ne doit être accordé à un immigrant. Dès qu'un Québécois est disponible pour l'occuper, l'étranger se fera remplacer. C'est ça ou le retour dans son pays natal. Chaque année, le poste en question sera remis en circulation pour trouver un Québécois qui, lui, pourra devenir permanent éventuellement.


Priorisons les Québécois d'abord, partout et toujours. Parce qu'on est ici chez nous.



Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie690 articles

  • 1 218 630

Réjean Labrie est natif de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Il tire la plus grande fierté d’être un enraciné de la 11ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le peuple.

L'icône d'identification montre les fortifications de Québec qui symbolisent notre caractère irréductible et notre résilience face à l'adversité.

Près de 700 articles publiés en ligne ont été lus plus d'un million de fois par tous ceux qui ont voulu partager une réflexion s'étendant sur une période de plus de 12 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé