GUERRE CULTURELLE

Il faut sauver le cours d’histoire de la civilisation occidentale

D2801c2527226c270995a87a698dee93

L'effondrement culturel voulu par nos élites


Sur la recommandation de ses fonctionnaires, la ministre de l’Enseignement supérieur, Danielle McCann, s’apprête à abolir le cours d’initiation à l’histoire de la civilisation occidentale, cours actuellement obligatoire dans le programme de Sciences humaines.  


Ainsi, à partir de 2023, la majorité des étudiants du programme ne seront plus initiés aux savoirs antiques et médiévaux. Terminé, donc, l’examen des contextes historiques qui ont donné naissance à la démocratie athénienne, à la pensée rationnelle, à la République romaine, au christianisme, à l’islam et à la féodalité. Le cours sera remplacé par un cours sur l’histoire du monde depuis le XVe siècle. 


Petit retour en arrière. Des professeurs de cégep se sont portés volontaires en 2018-2019 pour occuper les places d’un comité de rédaction mandaté par le ministère. Dès le départ, ces professeurs avaient décidé d’abolir le cours sur la civilisation occidentale parce qu’ils trouvaient son contenu trop chargé. Si tel était le cas, pourquoi alors le remplacer par un cours sur le monde ? 


L’Antiquité et le Moyen Âge fascinent les jeunes


Pourquoi n’ont-ils pas proposé un nouveau cours d'histoire de la civilisation occidentale depuis l'Antiquité gréco-romaine jusqu'au XVIIIe siècle par exemple ? Parce que des professeurs de cégep, manifestement influents auprès du ministère, prétendent que pour intéresser les jeunes à l’histoire il faut leur enseigner un passé récent. 


Cette opinion est très contestable, surtout si l'on se donne la peine de questionner les étudiants. J’enseigne l'histoire depuis plus de 20 ans. J’ai pu observer que de nombreux étudiants ont démontré de l’intérêt à l’égard de l’histoire à partir du moment où ils ont pu étudier les racines de leur civilisation. L’Antiquité et le Moyen Âge fascinent les jeunes. 


Aucune donnée crédible ne nous a été présentée pour démontrer que le choix d’un cours sur l’histoire du monde répondait à un besoin du milieu. À l’inverse, des collègues et moi avons fourni au ministère des données qui témoignent de l’intérêt pour le cours: 


- une pétition (octobre 2019) pour le maintien du cours d’histoire de la civilisation occidentale appuyée par 1207 signataires dont 182 professeurs d’histoire associés à 34 cégeps, 20 universités et à 20 écoles secondaires ainsi que 731 étudiants du collégial et de l’université ; 


- une lettre ouverte rédigée par Nathan Murray et moi, adressée à la ministre McCann (publiée en octobre 2020), appuyée par 237 signataires, des professeurs d’histoire et des chercheurs, dont Guy Rocher, sociologue respecté et architecte de notre réseau collégial ; 


- des textes d’appui dans les médias de spécialistes crédibles, dont Lucien Bouchard, Guy Berthiaume et Luc Laliberté. 


Préservons la culture historique


Malgré toutes ces données, le sous-ministre adjoint m’a confirmé par écrit qu’ils iront de l’avant avec le nouveau cours. Il prétend que le cours sur l’histoire du monde a reçu un bel accueil lors de la consultation en ligne auprès des professeurs de cégep en mai 2020. Un « bel accueil » ? Cela ne représente qu’une soixantaine de professeurs de cégep. 


Je presse la ministre d’intervenir. Il faut sauver ce qui reste de la culture historique générale au Québec dans le réseau collégial. Il faut remettre les mots civilisation occidentale dans la compétence principale et élargir le cadre temporel de façon à intégrer l’Antiquité gréco-romaine et le Moyen Âge. 




STOCKQMI-ÉCOLE

Photo courtoisie




Rémi Bourdeau, Professeur d’histoire au Cégep Garneau, à Québec