29 mai 1453

Constantinople tombe entre les mains des Turcs Ottomans

Chronique de Marie-Hélène Morot-Sir

Après une guerre sanglante, les Turcs arrivèrent en effet à s’emparer de Constantinople le 29 mai 1453. Constantinople vestige de l’Empire romain d’Orient, avait été fondée par Constantin Ier en 324 après Jésus Christ. L’ancienne Byzance, devenue alors Constantinople, fut inaugurée en grandes fastes, et permit de faire office de rempart entre la chrétienté et la poussée de l’Islam.
Cependant les Turcs ottomans traversent le détroit du Bosphore s’emparent des Balkans et installent leur capitale à Andrinople, tout juste à un jet de pierres de Constantinople qu’ils convoitent, et qui se trouve à cause de cela, isolée au milieu des territoires Ottoman. A cette époque, avec ses cent mille habitants, soldats grecs et génois, ce n’est qu’un petit état à la jonction entre l’Occident et l’Orient. L’empereur se fie aux puissantes fortifications en triple cercles, héritées du passé pour se défendre contre les Turcs, en attendant d’hypothétiques secours d’Occident.
Le Sultan Mehmet propulse sans trêve, grâce à l’aide conséquente d’une cinquantaine de ses bombardes, des quantités de pierres et de boulets contre les murailles et cela pendant des semaines, tandis que sa flotte fait le siège de la ville par le Bosphore et la mer de Marmara, sans toutefois pouvoir entrer dans le chenal de la Corne d’Or, qui ferme la ville par l’Est. Celle-ci est en effet soigneusement protégée par une chaîne. Mehmet fait alors aménager sur la colline de Galeta, une longue glissière en bois de quarante cinq kilomètres sur laquelle soixante et douze bierènes ( galères) seront hissées, puis une fois parvenues en haut, elles glissent d’elles-mêmes sur la glissière au-dessus de la chaîne, jusqu’au bord de la Corne d’Or.
Alors, Constantinople se voit réduite à l’impuissance et malgré une héroïque résistance l’Empereur Constantin IX meurt avec courage entouré de ses soldats, mais malheureusement les habitants sont réduits en esclavage. Le dénouement brutal de l’orgueilleuse cité avait marqué la fin du Moyen Age, et c’est ainsi que les Turcs constituèrent l’Empire Ottoman. Ils changèrent aussitôt le nom de l’ancienne Constantinople rappelant trop le nom de l’empereur Constantin.. Ils choisirent de lui donner le nom d’ Istanbul.
Ce nom curieux fut donné d’une façon naturelle quoique inattendue. En effet les prisonniers qu’ils avaient faits, suite au siège puis à la prise de la ville, étaient en majorité des grecs. Chaque matin les prisonniers devaient quitter la ville pour aller travailler à l’extérieur, dans les champs. Lorsque la fin de la journée arrivait et qu’il était temps de repartir en ville, les gardiens qui les encadraient entendaient les prisonniers grecs converser entre eux, et la phrase suivante revenait chaque soir " eis tin polis " ( on retourne en ville ) et dans la phonétique grecque ils croyaient entendre " is tin bol. " C’est donc ainsi, et sans chercher un nom compliqué, que Constantinople fut rebaptisée Istanbul.
À partir de la conquête de Constantinople, les Turcs bloquèrent les voies maritimes et exigèrent des tarifs exorbitants pour se rendre en Asie. Les grandes puissances, afin de ne plus rien avoir à demander aux Turcs, entreprirent de passer par un autre chemin.
L’Occident décida donc, de détourner ses regards de l’Orient, et envisagea d’aller voir désormais du côté de l ‘océan Atlantique, afin d’y trouver une autre voie qui pourrait le conduire vers cet Asie tant convoitée Christophe Colomb,, après le refus du Portugal, fut donc commissionné par l’Espagne, qui marqua elle aussi quelques hésitations, afin d’essayer de trouver ce fameux passage vers l’Ouest pour atteindre les Indes. Cela lui permit de découvrir en lieu et place, en 1492, ce continent américain, ce Nouveau Monde, qu’il prit pour les Indes !
Mille quatre cent quatre vingt douze, année de tous les départs, de toutes les difficultés, de tous les périls, mais de toutes les découvertes L’histoire a surtout conservé en mémoire la date du 12 octobre 1492 , celle évidemment de la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb. Cependant il se passait des évènements hautement plus importants en Espagne où après plus de sept cent quatre-vingts ans de présence musulmane sur le sol Ibérique, les Rois catholiques s’apprêtaient à conquérir par les armes le dernier réduit des Maures, le royaume de Grenade.
marie-hélène morot-sir

Featured 9f80857c4f8cb8374a10579d275de8ea

Marie-Hélène Morot-Sir149 articles

  • 271 320

Auteur de livres historiques : 1608-2008 Quatre cents hivers, autant d’étés ; Le lys, la rose et la feuille d’érable ; Au cœur de la Nouvelle France - tome I - De Champlain à la grand paix de Montréal ; Au cœur de la Nouvelle France - tome II - Des bords du Saint Laurent au golfe du Mexique ; Au cœur de la Nouvelle France - tome III - Les Amérindiens, ce peuple libre autrefois, qu'est-il devenu? ; Le Canada de A à Z au temps de la Nouvelle France ; De lettres en lettres, année 1912 ; De lettres en lettres, année 1925 ; Un vent étranger souffla sur le Nistakinan août 2018. "Les Femmes à l'ombre del'Histoire" janvier 2020   lien vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=evnVbdtlyYA

 

 

 





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé