La basse propagande diversitaire à l'oeuvre

Accorde-t-on déjà trop de place aux minorités visibles dans nos médias?

Par rapport à leur proportion réelle dans la population

490202a3a497658b7e75621bfd6a1e72

Tribune libre



Des noirs, beaucoup de noirs, toujours plus de noirs, c'est ce qu'on ne peut plus s'empêcher de voir partout dans les médias et les publicités, alors qu'au Québec francophone ils ne comptent statistiquement que pour 2% de la population!


Il y a certainement quelque chose qui cloche, je dirais même qu'il y a anguille toute croche sous roche, comme pourrait le formuler Fred Pellerin, celle de la basse propagande multiculturaliste dans son oeuvre de démantèlement systématique de notre identité collective.


Précisons d'entrée de jeu que cet article ne vise pas spécifiquement les noirs en tant que tel. Le propos serait le même si on nous présentait de manière non-conforme à la réalité des asiatiques, des hindous, des latinos, des arabes, ou n'importe quelle autre minorité visible venue du tiers-monde, incluant les papous de la Nouvelle-Guinée. les gauchos de la pampa, ou les aborigènes d'Australie. Si on en parle, c'est simplement dû au fait que c'est cette minorité qui est la plus utilisée visuellement.


Diversité oblige, on en retrouve dans pratiquement tous les commerciaux sans exception!



Vous ne serez pas le premier à avoir remarqué dans les pubs que lorsqu'il y a 1 seul personnage, il arrive que ce soit un noir. S'il y en a 2, au moins l'un des 2 est un noir. S'il y en a plus, il y a souvent une majorité de noirs. J'en ai même vus certaines où on ne montre que des noirs, jusqu'à 5 personnages. Depuis quand sommes-nous devenus un appendice du continent africain, un prolongement de la diaspora?


C'est clair, il y a exagération sous roche.


Vous aurez sans doute également remarqué l'insistance avec laquelle on cherche à nous montrer des couples interraciaux dès qu'il y a 2 personnages. Un noir avec une Blanche, un Blanc avec une noire dans sa baignoire, un couple mixte avec tous les enfants noirs, un couple mixte homme noir/femme blanche collés-collés sur le divan avec des amis blancs, comme si la chose était devenu courante et banale dans nos foyers, mais encore plus comme si on voulait en faire la nouvelle norme, comme si la plupart des couples québécois étaient rendus mixtes ou comme si les gens ne recherchaient que ça. Mais comment peut-on être aussi éloigné de la réalité? L'explication: P-R-O-P-A-G-A-N-D-E diversitaire!


Si on respecte les proportions de leur incidence démographique dans la population francophone québécoise, on devrait voir un noir 1.5 fois sur 100, que ce soit comme animateur, dans les quiz, en tant qu'invité dans les talk-shows, dans les émissions de parlotte genre On va se le dire, Dans les médias ou Y a du monde à messe, dans les émissions de service, dans les pubs, téléséries et films. Ce qui est très loin d'être le cas.


1- Le marché IGA a fait faire un dessin animé vantant les barbecues d'été. On n'y voit que 3 noirs tout du long! Les Québécois sont oblitérés à 100%, et il faudrait qu'on trouve cela normal!


2- La palme de l'exagération la plus récente revient sans doute à Walmart qui a trouvé le moyen de montrer 7 noirs en même temps dans une de leurs pubs télé comme séquence finale! Et cela n'est pas montré sur une chaîne américaine, mais bien au Québec de Champlain, Laviolette et Maisonneuve.


Et que la pensée que ça commence à faire un peu, beaucoup, énormément de surexposition ne vous traverse surtout pas l'esprit, car les diversitaires radicaux vous taperont sévèrement sur les doigts pour vous ramener à l'ordre. On est politiquement correct ou on ne l'est pas...


3- Pas loin derrière dans l'abus du langage subliminal, on a pu voir sur nos écrans locaux une pub américaine de prêt hypothécaire traduite qui met en scène un couple mixte homme noir/femme blanche dans leur maison cossue. On nous les montre ensuite 25 ans plus tard, âgés, avec leur fille noire et son conjoint blanc! On a trouvé le moyen de montrer toutes les permutations possibles (et implicitement recommandées...) dans l'espace d'une pub de 60 secondes! Un véritable tour de force de propagande tendancieuse digne de Machiavel...



4- Dans le même ordre d'idée, les couches pour bébés Huggies ne se contente pas de montrer un bébé de race noire, cela suffirait déjà amplement pour faire passer le message tendancieux, mais on en rajoute encore plus en y ajoutant deux parents noirs, et même deux grands-parents noirs tout le long du commercial (encore une fois, 100% de noirs, aucun Blanc). Le message sous-entendu est: voyez comme les noirs vont se reproduire de plus en plus comme ils le font de génération en génération, comme en Afrique surpeupleuse.


5- Une autre compagnie de prêt hypothécaire, la Dominion, quant à elle, nous montre une famille interraciale composée d'un père blanc, d'une femme asiatique, et d'une enfant tout aussi asiatique, comme si on nous montrait vers quoi s'en va la prochaine génération. Pour enfoncer encore plus le clou du métissage, la mère asiatique pose la main sur son énorme ventre enceint en pleine production d'asiatiques. Il ne faut plus qu'il reste d'enfants blancs, c'est la nouvelle norme. Seul le métissage systémique est dorénavant permis. L'époque du péril jaune de naguère revient en force, 1 milliard d'entre eux plus tard...



6- Vous avez peut-être vu la dernière pub du Marché Good Food (bien qu'ayant un nom anglais, l'annonce précise "fièrement québécois"). Faut croire que même les entreprises québécoises doivent maintenant se plier à la diversité imposée de force: durant toute l'annonce, on ne montre que 3 personnes de race noire, oui, ici au Québec! 100% des personnages mis en valeur sont issus du continent africain! C'est le monde à l'envers.


7- Dans la pub des capsules de détergent Gain, même son de cloche. Un père blanc, une femme noire, et une enfant tout aussi crépue que sa mère. On remarquera qu'un mariage interracial est toujours présenté comme étant "préférable", la seule preuve admise de non-racisme.



8- La palme honteuse du message sous-entendu revient sans doute à la Banque nationale (qui est une entreprise québécoise et non américaine). La totalité du message se passe au lit et montre une femme blanche à l'accent québécois étendue avec un homme noir à ses côtés, pour souligner graphiquement l'aspect des rapports sexuels entre les races comme nouvelle norme, et même comme ordonnance. Tout ceci n'est pas le fruit du hasard. Des gens ont tout mis au point jusque dans les moindres détails dans une optique de vile propagande subliminale.


C'est clair, il y a exagération sous roche.


Quelle sera la prochaine étape? Laissez-moi deviner: une pub montrant la famille de demain certifiée idéale: un père noir, une femme blanche, et un enfant asiatique (issu d'une union interraciale précédente)!


Du côté des médias québécois, on comprend aisément que la majorité des noirs n'ont été engagés comme animateur ou chroniqueur qu'en raison de leur race, alors que leurs compétences s'avèrent purement accessoires. C'est devenu d'ailleurs une autre forme de discrimination anti-Blanc tellement bien vue et encouragée par la bien-pensance hypocrite.



Imaginez le curieux paradoxe: pour animer la série télé Kébec qui raconte l'histoire de la nation québécoise: on a fait exprès de faire appel à une animatrice noire haïtienne, née aux Antilles et ayant zéro ancêtre d'ici, n'appartenant pas à la longue lignée des bâtisseurs du pays s'étalant sur plus de 10 générations. C'est le monde à l'envers!


Plus curieux encore, on semble avoir fait des noirs des espèces d'experts de facto en produits de consommation, sans besoin de qualifications aucunes! Ce sont dorénavant eux qui nous recommandent tel produit de nettoyage, telle automobile, telle couche pour bébé, telle brosse à dents électrique, telle marque de pizza, comme s'ils étaient des spécialistes ultra-compétents dont on recherche l'avis dans tous les domaines imaginables.


Alors, la prochaine fois que vous aurez besoin d'assurances, arrêtez donc un noir sur la rue pour lui demander conseil. On ne sait jamais, il se peut qu'il s'avère être un spécialiste en la matière, si on se fie au monde enchanté de la pub.



Et c'est sans parler que les téléséries et les longs métrages en provenance des États-Unis nous imposent en partant un très haut pourcentage de noirs, eux qui en ont une plus forte quantité, quoique cela ne reflète aucunement notre propre réalité. Ceci ajoute à la distorsion du panorama visuel qui est loin de correspondre au nôtre.


Faites vous-même le test, zappez nos 4 réseaux de télé, et soyez à peu près certain que vous y verrez des noirs à chaque poste: animateurs, invités, commerciaux d'ici ou d'ailleurs, acteurs de films américains. Alors que la réalité est toute autre: on voudrait bien faire croire que c'est rendu monnaie courante d'inviter des noirs à passer la soirée au salon avec la famille, ou l'après-midi dans votre piscine hors-terre, ou encore de rouler en auto avec 2 noirs assis à l'arrière.


C'est clair, il y a exagération sous roche.


Est-ce que toute cette surexposition organisée fera aimer plus les noirs? Pas sûr, pas sûr...


Ce n'est pas parce qu'il y a 2% de noirs au Québec francophone (ou de n'importe quelle autre race ou ethnie répétons-le) que nous avons la moindre obligation de les montrer comme s'ils étaient rendus à 50%. Gardons à l'esprit qu'ils ne représentent qu'une infime proportion de la population.



Le grand principe directeur qui doit nous guider est pourtant bien simple à comprendre: dans les médias francophones du Québec, on doit montrer ceux qui représentent la majorité de la nation québécoise historique, et ce, au nom de la préservation de notre identité collective.



C'est nous seuls qui devons servir de modèle de convergence, d'idéal de société à atteindre, ce à quoi tous les immigrés de bonne foi doivent aspirer pour bien s'intégrer.


C'est comme nous que les minorités du tiers-monde établies ici doivent se mettre à penser, c'est nous qu'elles doivent chercher à imiter, c'est notre façon de voir collective qui doit être valorisée.


C'est notre mentalité qui doit être mise de l'avant, la vision des choses qui nous est propre qui doit avoir préséance sur toute autre.



C'est uniquement notre culture qui doit prédominer en tout et partout au Québec, pas celle d'étrangers, pas leurs points de vue dont nous n'avons que faire. C'est ce que nous sommes qui doit servir d'exemple.



Et ceci tout simplement parce que nous formons la majorité. Parce que tout doit tendre vers Nous. Parce qu'on est au Québec et pas ailleurs. C'est pourtant une chose élémentaire qui devrait aller de soi, sans qu'on ait à insister sur la chose.



Nous formons à nous seuls l'unique référence en tout et partout.


Il faut revenir sur le fait que toutes les minorités ont un devoir non facultatif d'intégration rapide, d'assimilation complète à notre société, ce qui implique pour eux de se délester comme d'un poids mort de tout ce qu'ils ont apportés ici de rétrograde et dont ils doivent se débarrasser comme étant inadéquat et inapproprié.


Et c'est en observant dans les médias comment se comportent et pensent les nationaux qu'ils apprendront le mieux et le plus vite ce qu'ils ont à acquérir comme nouveau bagage culturel, comme mentalité améliorée, pour bien fonctionner dans le contexte d'une société évoluée, pour bien comprendre tout ce que nous condamnons et rejetons, bref comment se manifeste notre idéal de société.



Autant la langue française est la seule langue officielle du Québec, autant la culture québécoise doit être la seule culture officielle valorisée, médiatisée, et surtout subventionnée. Il est tout à fait normal, pour ne pas dire primordial, qu'elle prédomine partout dans l'espace public.


Ceux à qui cette affirmation nationale toute naturelle pourrait déplaire n'ont qu'à plier bagages. On ne les retiendra pas.


En conclusion, l'exagération intentionnelle et subliminale de la présence des minorités visibles qui envahissent nos médias doit cesser.


Un tel procédé malhonnête et trompeur équivaut à de la fausse représentation, rien de moins, à de la basse propagande multiculturaliste condamnable à tous les points de vue, puisqu'il est question de protéger l'identité collective d'une nation des assauts diversitaires destructeurs venant de toutes parts.


Mettons tout en oeuvre pour que le Québec que nous aimons reste à l'image des Québécois que nous sommes.



Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie611 articles

  • 1 134 933

Réjean Labrie est originaire de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale.

Il tire la plus grande fierté d’être un enraciné de la 11ème génération en sol natal. Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'auteur se donne pour mission de pourfendre les tenants de la pensée unique, du politiquement correct, de la bien-pensance, toutes ces petites cliques élitistes qui méprisent le peuple.

L'icône d'identification montre les fortifications de Québec qui symbolisent notre caractère irréductible et notre résilience face à l'adversité.

Ses 600 articles publiés en ligne ont été lus plus d'un million de fois par tous ceux qui ont voulu partager une réflexion s'étendant sur une période de plus de 12 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



7 commentaires

  • Claude Bélanger Répondre

    22 août 2021

    Le gouvernement fédéral libéral inonde le marché publicitaire de subventions sous formes d'aides très généreuses, pour proumouvoir la diversité culturel et inclure prioritairement ceux de la minorité visibles. Après les blancs, les noirs sont maintenant la 2e majorité visible, au détriment des autres races.


  • Réjean Labrie Répondre

    21 juillet 2021

    La tendance voulant ne montrer que des Noirs se poursuit sans relâche.


    On y ajoute maintenant l'effet cumulatif, comme celui de montrer 2 pubs d'affilée ne montrant que des Noirs.


    Je viens de le voir moi-même.


    La première pub de céréales Mini-Wheats montre une famille de 4 Noirs dans la cuisine.


    Subitement, on nous les montre tous les 4 vêtus différemment, puis une troisième fois vêtus encore différemment.


    Le résultat est qu'on a la très nette impression qu'on vient de nous montrer 12 Noirs et aucun Blanc!


    Mais ce n'est pas tout!


    Immédiatement après ce commercial, on nous en montre un du Marché du Store qui présente une famille de 5 Noirs, dont 3 enfants. Comme on l'a expliqué ailleurs, le message subliminal de ce commercial est de souligner la tendance surpeupleuse propre à eux en montrant 3 enfants plutôt que la moyenne de fécondité de 1.6 , c'est-à-dire le double. On laisse sous-entendre qu'à ce rythme il nous dépasseront bientôt en nombre.


    L'effet matraqueur cumulatif de ces 2 commerciaux successifs fait qu'on vient de voir l'équivalent de 17 Noirs passer sous nos yeux dans l'espace d'une minute, et aucun, aucun, aucun Blanc en vue! Totalement occultés! Plus grande distorsion de la réalité que ça, tu meurs!


  • Réjean Labrie Répondre

    25 juin 2021

    Les publicitaires forcés par les codes en vigueur de montrer toujours plus de diversité ne connaissent plus de limites dans la surreprésentation des minorités et les tentatives de minorisation de la majorité.


    Dans la pub du poulet frit à la Kentucky, on montre 2 hommes assis ensemble sur des chaises de parterre dans la cour derrière la maison:


    à gauche, un Noir, à droite, un Asiatique!  Un jumelage fort peu courant, on l'admettra sans difficulté.


    On veut tellement prouver qu'on ne montre pas que des Blancs qu'on n'en montre plus aucun!


    Un affront à la nation bon à s'en lécher les doigts!



  • Réjean Labrie Répondre

    22 mai 2021

    Tout voir en noir


    Les publicitaires forcés par les codes en vigueur de montrer toujours plus de diversité ne connaissent plus de limites dans la surreprésentation des minorités et les tentatives de minorisation de la majorité.


    La pub de la Banque Toronto Dominion:


    On montre un couple formé d'un homme de race noire et une femme blanche et blonde (en connaissez-vous beaucoup de tels couples?) voulant s'acheter une maison unifamiliale. Déjà en partant, il y a distorsion.

    On voit ensuite apparaître 3 enfants tout noirs et crépus couraillant en pagaille.

    Le message subliminal est: "voyez comme les Noirs se reproduisent comme de chauds lapins et surpeuplent pas juste leur propre continent. Nous vous montrons ce que nous encourageons. Les occidentaux ont une moyenne de 2 enfants, mais pas les Noirs."

    Puis, les parents regardent leur tablette et clavardent avec une représentante de la Banque... de race noire!

    Et le tout nous est présenté comme étant le tableau fidèle de ce que nous rencontrons et voyons tous les jours.

    En tout et partout, cela fait 5 personnages de race noire sur 6 (83%) pour une publicité destinée au Québec qui ne contient que 3% de Noirs!


    C'est 28 fois plus que dans la réalité!


    Pour respecter la démographie, à 3% de la population, cela signifie qu'on devrait voir des Noirs à raison d'un personnage sur 33, pas 5 sur 6!


    Cette proportion de 1 sur 33 devrait s'appliquer également dans toutes les émissions, talk-shows, co-animateurs et invités.


    Les citoyens justement effarés devant tant de déformation de la réalité ont pour recours de porter plainte auprès du Protecteur du citoyen (ombudsman) pour dénoncer de tels abus. Ou contactez votre député.



  • Réjean Labrie Répondre

    4 octobre 2020

    - Exemple 9:


    La palme de la propagande diversitaire honteuse de la semaine revient certainement à la banque CIBC:


    On commence par nous montrer 1 femme noire, puis 1 fillette noire, puis 1 mari noir, puis une deuxième fillette noire, on est rendu à 4 noirs en même temps sur l'écran.


    Mais ce n'est pas tout : ils regardent un skype de travail à l'ordi où on aperçoit nettement 2 autres noirs, 1 asiatique et finalement... 1 Blanc, le seul sur 8 personnages!


    Plus anti-Blanc que ça tu meurs!


    Fermez votre compte CIBC au plus vite!


  • Martin Pelletier Répondre

    22 septembre 2020

    C'est le plus gros scandale caché présentement au Québec


    Comment expliquer qu'aucun  politicien nationaliste ne dénonce cette horrible mascarade?